27 décembre 2006

L'attente commence quand il n'y a plus rien à attendre*


L'année 2006 se termine sur cette triste image (Le Figaro) : Paris envahi par les tentes servant de refuge aux sans-abri dont la cohorte ne cesse de grossir.
En dépit de toutes les rutilantes politiques sociales mises en oeuvre depuis des décennies, de tous les beaux discours sur la fracture sociale, du rejet affirmé sans discontinuer du libéralisme par tous les dirigeants, la France semble s'enfoncer inexorablement dans la pauvreté.
Il y a de moins en moins de riches et malheureusement de plus en plus de pauvres.

Les impôts et charges n'ont jamais été aussi lourds sur le dos des contribuables et pourtant le PIB par habitant ne cesse de décroître. Ceux qui ont encore quelques moyens ont perdu la plupart de leurs illusions, écrasés qu'ils sont depuis tant d'années par la bureaucratie, les vaines paroles et la fatalité.

2007 peut encore devenir l'année d'un nouveau départ. Plût au ciel qu'enfin les Français prennent conscience qu'on ne fait pas le bonheur d'un peuple avec des principes et de l'idéologie. Plût au ciel qu'ils comprennent que l'Etat sera toujours moins efficace qu'eux mêmes pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne. Plût au ciel enfin, qu'ils acceptent le seul principe qui vaille, celui de Liberté. Liberté d'agir, liberté de raisonner, liberté d'aider, liberté d'entreprendre, et liberté de se débarrasser une fois pour toutes des bonimenteurs et des vendeurs de promesses !

* : Maurice Blanchot (1907-2003)

26 décembre 2006

S'il vous plait, dessine-moi un pôle...



Les hôpitaux sont sous le coup d'une singulière réforme. On l'appelle la "Nouvelle Gouvernance". Elle restructure pour la nième fois l'organisation interne des établissements en les contraignant cette fois-ci à regrouper les traditionnels services en "pôles". Au surplus, elle crée quantité de commissions, conseils et autres instances "stratégiques" ou "exécutives" et assujettit l'esemble à une gestion financière "à l'activité" dite T2A ("Tarification à l'activité").
Si l'intention est sûrement excellente, tout cela semble hélas bien bancal et surtout d'une incroyable complexité, car comme de bien entendu toutes les strates de ce qui faisait l'organisation ancienne restent en place !
Voici la vision que pourrait en avoir un Petit Prince, candide mais à l'esprit pratique, s'il arrivait impromptu dans cet univers :


"Si le Petit Prince débarquait sur la planète hospitalière il aurait sûrement une foule de questions à poser. Probablement, une des premières toucherait au chambardement qui remue actuellement ce vibrionnant microcosme : la nouvelle organisation en pôles d'activité ou Grande Pôlinisation comme l'appelle un de mes amis.

Mais s'il fallait dire à ce gentil candide de l'astéroïde B612, en quelques mots ce qu'est ou sera un pôle, on éprouverait à l'image des innombrables formateurs, informateurs, conseilleurs, manageurs, pourtant bien intentionnés et volontaires quelques difficultés.
Alors on commencerait peut-être par évoquer ce que ça n'est pas. Ça serait toujours autant de temps de gagné... Sans compter qu'il ne faut pas faire naître trop d'illusions. Un petit extra-terrestre candide pourrait en effet imaginer des choses trop simples. Par exemple qu'il s'agisse d'une notion commode permettant de réunir quelques entités un peu égarées en quête d'unité. D'autant qu'il y en aurait parfois besoin dans certains endroits...

On pourrait imaginer par exemple rassembler des services aussi proches conceptuellement que le SAMU, les Urgences et la Réanimation, ou encore la Maternité, la Pédiatrie et la Néonatalogie, ou bien la Cardiologie et la Pneumologie etc... Mais il faut se rendre à l'avis des experts : ce serait une erreur tant la spécialisation tend à les éloigner les uns des autres, à la manière des galaxies propulsées par l'inexorable expansion de l'univers. Même les établissements qui avaient construit il y a quelques années des pavillons consacrés aux Urgences ou à la Femme et à l'Enfant se posent désormais des questions. Les équipes communes prennent leur autonomie, les listes de gardes s'individualisent, et plus généralement pour le personnel, le jeu des vases communicants inter-services se réduit de plus en plus.
Et puis nombre de médecins l'affirment, ces spécialités c'est certain, doivent désormais se concevoir davantage comme des filières « territoriales » spécifiques que comme des agrégats internes hétéroclites. Pour le SAMU c'est consubstantiel à sa nature. Pour les Urgences c'est devenu naturel de raisonner « en réseau » reliant les SAU (Services d'Accueil et d'Urgences) aux UPATOU (Unités de Proximité d'accueil, de Tri et d'Orientation des Urgences). Quant à la Réanimation, sa mission sectorielle est même inscrite dans le SROS (Schéma Régional d'Organisation Sanitaire) ! On pourrait décliner le raisonnement discipline par discipline et ça aurait même un nom : le Projet Médical de Territoire !
L'ennui, c'est que la Loi sur les pôles n'a tout bonnement pas prévu ce type de fonctionnement. Des pôles de territoires, cher Petit Prince ça n'existe pas !
Évidemment, vu le tourbillon concentrationnaire asphyxiant progressivement les petites structures, il est probable que dans quelques années l'emblématique réseau territorial se résume à un seul établissement. Dans ce cas tout redeviendrait envisageable, mais n'anticipons pas, c'est déjà assez compliqué comme ça !

Pour résumer la situation, un pôle ça n'est pas vraiment fait pour réunir de manière cohérente les services. De toute manière, s'il s'agissait de cela on l'aurait déjà fait puisque les outils gestionnaires adéquats existent depuis belle lurette : les fédérations ou mieux encore, les départements !
Un pôle, entend-on parfois, c'est une « entité de gestion ». Mais si on explique cela aussi crûment au Petit Prince, il chercherait aussitôt à savoir ce qu'est concrètement une entité de gestion et à quoi ça sert. Il faudrait alors lui expliquer que c'est quelque chose qui permet « de mettre en oeuvre la contractualisation interne » et « d'optimiser la tarification à l'activité ».
Il se croirait alors à coup sûr de retour sur la planète du businessman et voudrait sans doute obtenir des précisions sur la nature de ces fameux contrats et sur les millions de la T2A.

Allez donc éclairer sa lanterne ! Faudrait-il lui révéler que la contractualisation est inscrite dans le grand livre de la loi depuis 15 ans mais que personne ne l'a encore vue de près ? Qu'il s'agit maintenant de faire confiance aux pôles qui ne disent rien de plus précis sur le sujet ?
Quant à la T2A si on lui explique qu'elle sert à additionner les millions mais que plus il y en a, moins il ont de valeur, il trouverait le jeu un peu bizarre. Comme de compter les étoiles et de se figurer qu'on les possède après avoir inscrit leur nombre sur un papier soigneusement rangé sous clef...
Bref, on aurait du mal à le convaincre de l'efficacité des pôles en terme de gestion.

Alors il reste bien une hypothèse. Celle postulant que les pôles puissent servir à donner aux hôpitaux davantage de cohérence vu de l'extérieur. Que le méli-mélo des unités fonctionnelles, des services, des « centres de responsabilités » qu'on appelle « fichier de structure » se simplifie et procure aux béotiens une meilleure lisibilité.

Mais il ne faut pas rêver. Toutes les entités existantes subsistent et aucune méthode reproductible ne guide comme on l'a vu plus haut la conception des pôles. Encore plus que les moutons, il y a mille et une façons de dessiner ces machins. On pourrait par exemple concevoir - si l'on dispose évidemment d'un nombre suffisant de directeurs - un pôle par service, ce qui aurait l'avantage de superposer parfaitement les deux notions, donc de faire de substantielles économies en terme de restructurations. A l'inverse un seul pôle regroupant l'ensemble des unités est tout aussi plausible. En tant que DIM (Département d'Information Médicale) cette dernière option ferait bien mon affaire d'ailleurs. Je songe souvent à un monde dans lequel il ne serait plus nécessaire de débiter les RSS (Résumé Standardisé de Séjour) en tranches de RUM (Résumé d'Unité Médicale), de coder et d'analyser tout ça séparément, et de dépenser des kilos de salive pour tenter d'expliquer la différence subtile entre ces notions ou d'extrapoler de saugrenus et virtuels budgets de services. Pour le Bureau des Mouvements ça serait le bonheur aussi...

Entre ces extrêmes, gageons que les hôpitaux ne manqueront ni d'imagination ni de fantaisie pour inscrire leur schéma personnalisé. Ils resteront donc aussi complexes, aussi impénétrables, aussi incomparables qu'avant et les pôles seront sans doute de gros monstres de papier générant beaucoup de réunions, de conseils, de projets, d'objectifs, de chefs, de sous-chefs. Bref la routine quoi...

En somme le Petit Prince s'il nous rendait visite, repartirait un peu dubitatif, pensant que la réforme des pôles, « c'est amusant, c'est assez poétique, mais ce n'est pas très sérieux. »

Publié dans DH Magazine No109, Oct-Déc 2006

Land of plenty


A travers 2 personnages que tout semble opposer, Wim Wenders offre sa vision de l'Amérique blessée mais ambivalente d'après le « nine/eleven ».

Le film est dominé par les mésaventures burlesques d'un personnage totalement déjanté, Paul, ancien vétéran du Vietnam, auto-proclamé « gardien de la sécurité nationale ».

Dans une camionnette, bricolée par ses soins, bourrée de gadgets électroniques, il sillonne inlassablement les rues de Los Angeles, surveillant les activités de toute personne ou de tout groupe « suspect » de velléités terroristes. Même s'il voit des complots partout, il n'est toutefois pas méchant. Enfermé dans des certitudes grotesques, il ne comprend à l'évidence rien du monde qui l'entoure. Il suit des pistes qui ne mènent nulle part, mais il est persuadé d'oeuvrer pour le bien.

De son côté une jeune femme, Lana, dont on apprendra qu'elle lui est très proche, débarque précisément du Proche-Orient où elle effectuait un voyage humanitaire. A l'inverse de Paul, elle manifeste une très large ouverture d'esprit et possède de grandes qualités de coeur. Elle est connectée sur internet, donc en prise sur le monde, et consacre tout son temps au service d'une mission d'aide aux SDF.

Ce film est assez touchant. Bien que le cinéaste montre un parti-pris très anti-Bush, comme il se doit en tant qu'artiste « éclairé », il ne traite pas son sujet de manière trop vindicative ou caricaturale. L'approche intimiste d'évènements gigantesques reste hélas assez rudimentaire. Les personnages un peu trop « fabriqués » pour la démonstration, manquent de crédibilité et ne portent pas très loin le raisonnement du cinéaste. D'autant qu'il manque la touche poétique décalée à laquelle il nous avait habitués. Une mention pour la magnifique chanson de Leonard Cohen qui donne son titre au film et sur laquelle il s'achève en beauté.

19 décembre 2006

Le mystère de Nicolas de Staël



Certaines destinées sont hors du commun. Celle de Nicolas de Staël, tourmentée et lumineuse, est de celles-là.
Son oeuvre exprime avec une magnifique prégnance les intenses passions intérieures dans lesquelles se consumèrent les dernières années de sa courte vie terrestre.
Jusqu'à l'âge de 35 ans pourtant, il mena une existence obscure, difficile, marquée par le déracinement, la misère, les drames familiaux. Sa peinture durant ces longues années s'en ressent. Elle est sombre, épaisse, peu colorée et peine à s'extraire de lourdes compositions abstraites. Rien d'exceptionnel ni de transcendant ne caractérise cette période ("La vie dure" dit l'une d'entre elles).



A partir de 1950 environ, sa palette s'éclaircit soudain. Comme s'il était mu par une intuition géniale, il se met à alléger la pâte qu'il entreprend d'étaler sur la toile de manière fluide et lyrique. La couleur éclate et les formes tout à coup sous ses pinceaux, prennent une signification directement tangible. Ce style nouveau, régénéré, qui s'échappe de la gangue abstruse et aléatoire dans laquelle il paraissait végéter, ne devient pas pour autant figuratif, au sens classique du terme. Il fait beaucoup mieux. Il prend son envol, avec une sorte de divine certitude, au dessus de l'infini qui s'offre subitement à l'artiste, et se met à cheminer hardiment sur la ligne ténue et mystérieuse entre le réel et le poétique. Il transmue la matière et donne du monde une interprétation idéale, à la fois intemporelle et aérienne.

Par le jeu de subtiles transitions de gris, vibrant autour de somptueux aplats colorés, s'opère une incroyable transfiguration. C'est un univers illuminé qui naît sous les doigts enflammés du peintre. La lumière envahit le champ du possible, inonde les compositions, fascine le regard, interroge l'intellect de manière éperdue.

Nicolas est comme électrisé par ce don terrifiant qui surgit de nulle part. En cinq ans à peine il jette sur la toile près d'un millier de tableaux magiques. Il travaille jour et nuit, comme s'il était possédé par les visions indicibles qui dévorent son esprit. La grâce, la plénitude, l'insondable peuplent son imaginaire.

Il vit une expérience hallucinante de totale immersion artistique. Son art est à la fois incroyablement fragile et parfaitement maîtrisé.

Comme il s'en réjouit lui-même : « L'espace pictural est un mur, mais tous les oiseaux du monde y volent librement. À toutes profondeurs ».

Combien de fois ai-je ainsi médité devant ces sublimes toiles, dans le cadre enchanteur du Musée d'Antibes où elles résident à demeure ? Combien de fois ai-je cherché l'explication de l'étonnant envoûtement dont je fus saisi définitivement au sortir de l'adolescence, lorsque je vis pour la première fois en visitant le musée André Malraux du Havre ces merveilles d'équilibre, de lumière et de liberté. Combien de questions me suis-je posées pour tenter de comprendre le mystère qui émane de l'océan rouge et des lignes épurées du "Grand Concert", peint quelques jours à peine avant la mort brutale, tragique, énigmatique, du peintre ?

L'art de Nicolas de Staël est à nul autre comparable. Parmi les peintres du vingtième siècle, ni Picasso, ni Braque, ni même Matisse que j'aime beaucoup, ne parviennent à me communiquer une émotion aussi intense. Je ne trouve nulle part ailleurs cette alchimie incroyable qui me transporte aussi inlassablement. Seules peut-être, les variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach me font, au plan musical, une impression comparable. C'est une perpétuelle source de joie. Un hymne bouleversant à la Liberté de l'Etre.

15 décembre 2006

Pour Jean-François Revel, et Direct 8...


Moment culturel très agréable ce soir autour de l'excellent François Busnel, sur Direct 8, la petite chaîne qui grimpe, de la TNT (Les livres de la 8).
En direct, le plateau réunissait quatre auteurs venus d'horizons très divers : André Asséo, qui témoignait de son affection pour Louis Nucéra auquel il vient de consacrer une biographie, André Comte-Sponville qui disserta sur l'esprit de l'athéisme, Jean-Pierre Luminet qui fit de même sur le destin de l'Univers et sur la nature des trous noirs et de la matière invisible (qui représenterait plus de 99% de la masse de l'univers !). Enfin, last but not least Pierre Boncenne, heureux lauréat du prix Renaudot, venu présenter son ouvrage « Pour Jean-François Revel ».
Ah Jean-François Revel ! Drôle de type tout de même. Il écrivit abondamment sur la philosophie mais les philosophes le dédaignent, il fut un remarquable journaliste mais n'est quasi jamais cité par ses pairs, il se disait de gauche mais fut opiniâtrement méprisé par le gratin autoproclamé de ce clan sectaire.
Boncenne nous apprend que son livre est le premier au monde sur le sujet ! Qu'il fut refusé par un premier éditeur au motif que Revel « était de droite ». On croit rêver... Faut-il en déduire que l'esprit critique ait définitivement déserté la France ?
Incontestablement l'homme fut un esprit libre. Pour autant, ses prises de positions peu orthodoxes étaient manifestement dictées par le souci de rationalité, bien plus que par celui de provoquer. Car c'était un être éminement raisonnable et pondéré, quoique d'une insatiable curiosité. Sans doute pas à la manière de Descartes qu'il avait défini comme un des derniers penseurs médiévaux, mais plutôt comme un sceptique optimiste dans le sillage des philosophes anglo-saxons. Un vrai libéral quoi.
Je reste pour ma part profondément imprégné par quelques uns de ses ouvrages que je juge particulièrement efficaces et décapants : « Descartes inutile et incertain », « Pourquoi des philosophes », « La connaissance inutile », « L'obsession anti-américaine ».
Le style est alerte, concis, précis et l'argumentation fait souvent mouche pour quiconque n'a pas trop de parti pris. Un régal intellectuel.
Certes, le personnage recèle également des aspects moins flatteurs. Une certaine suffisance, dont sa personne, joufflue, massive, était en quelque sorte le reflet. Au rang de ses ouvrages les moins réussis figure à mon avis son autobiographie « le voleur dans la maison vide ». On y trouve précisément cette tendance égocentrique, cette tranquille certitude d'avoir raison, cette préoccupation permanente de se montrer à chaque instant sous le meilleur jour.
Dans le même ordre d'idées, la volupté apparente avec laquelle il enfila le costume d'académicien au soir de sa vie, fut touchante tant elle révélait l'intense satisfaction dans laquelle se pâmait son ego.
Il me reste à l'esprit cette anecdote : au moment où je cherchais désespérément des conseils et un éditeur pour mon premier livre, j'écrivis à Jean-François Revel pour lui demander s'il accepterait de lire mon manuscrit. Je ne me faisais guère d'illusions mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus en guise de réponse, quelques mois après ma sollicitation, un faire-part enluminé signé Bernard Pivot, me proposant de participer à l'achat de l'épée d'académicien du grand homme !
Cela ne m'empêchera toutefois pas de prendre connaissance de la plaidoirie de Boncenne, avec naturellement un oeil critique...

09 décembre 2006

Ségolades et Douste-blablas


La légèreté, l'inconstance, et la pusillanimité dont font preuve la plupart des politiciens français dans leurs analyses concernant le Proche-Orient a de quoi faire frémir.
Il y a quelque jours madame Ségolène Royal, qui aspire aux plus hautes fonctions de l'Etat, était en voyage dans cette partie plutôt agitée du globe.
Rencontrant les dignitaires du Hezbollah, dont elle ne peut ignorer la nature terroriste anti-occidentale, elle révéla qu'elle partageait une bonne partie de leurs opinions (« Il y a beaucoup de choses que je partage dans ce que vous avez dit, notamment votre analyse sur les États-Unis. » cité par Rioufol). Elle a condamné par la même occasion le survol du Liban par l'aviation israélienne.
Deux jours plus tard en Israël, dont elle sait qu'il est le principal allié des Américains dans la région, avec Olmert elle revendiquait le droit à la sécurité du peuple hébreu, et disait finalement comprendre le même survol du Liban. Plus fort, elle alla même jusqu'à refuser à l'Iran le droit de disposer d'installations nucléaires civiles !
Et, comme pour donner une dimension messianique à son périple elle se crut obligée en l'achevant, de se délester d'une lapalissade aussi pompeuse que superfétatoire : « Je forme le voeu (...) que se lève une paix durable et de nouvelles forces de vie. Le progrès du monde a besoin d'un Proche-Orient réconcilié avec lui-même" (Le Monde).

Parmi les réactions moqueuses ou critiques qui ponctuèrent ce joli coup d'épée dans l'eau médiatique, celle de monsieur Douste-Blazy, sémillant ministre des Affaires Étrangères, figure comme un morceau d'anthologie. Il s'insurgea en effet contre la prise de position de la candidate, au motif qu'elle traduit une méconnaissance profonde du sujet : "Remettre en cause le droit de l'Iran à obtenir l'énergie nucléaire civile, je dis bien civile, comme vient de le proposer Madame Royal c'est en réalité remettre en cause le Traité de non prolifération qui a été signé par la quasi-totalité de tous les pays du monde" (L'Express).
Or le même Douste-Blazy, comme je l'avais déjà relaté, affirmait pourtant début 2006 : «Aujourd'hui c'est très simple : aucun programme nucléaire civil ne peut expliquer le programme nucléaire iranien, donc, c'est un programme nucléaire militaire clandestin».
Mais Le cher Douste n'est guère moins volage que Ségolène. Quelques mois après il n'hésitait pas à reconnaître
au même Iran un « rôle de stabilisation dans la région »!
Pauvre France...

06 décembre 2006

La méthode assimil


On entend souvent (pas plus tard que le 4/12/06 sur France Inter dans le très partisan 7-9h30) comparer dans la même abjection deux dictateurs sud-américains : Augusto Pinochet et Fidel Castro.
Cet amalgame très réducteur est symptomatique de la pauvreté de la pensée politique en France et de sa nature manichéenne.
Peut-on mettre sur le même plan ces deux personnes que rien ne rapproche ? Je ne le pense pas pour ma part.
Castro, fils d'un riche planteur, a inscrit son nom dans la longue, très longue liste des tyrans inféodés au marxisme-léninisme, si dévastateur à travers le monde. Au pouvoir depuis 45 ans, à la faveur d'une révolution sanglante fabriquée par ses soins, il a installé un absolutisme basé sur la terreur, qui n'a molli à aucun moment et peut compter ses victimes par centaines de milliers, soit qu'elles furent emprisonnées, soit purement et simplement assassinées. Il a placé son pays dans une situation conflictuelle absurde avec les USA qui l'avaient pourtant libéré de la tutelle espagnole en 1898, et l'a plongé dans l'arriération intellectuelle et la pauvreté.
Les gens qui défendent encore ce bastion odieux de l'intolérance prétendent que l'éducation et la santé y sont gratuites. C'est naturellement faux car comme pour toute chose ici bas, elles sont forcément payées par quelqu'un. Au surplus, la première relève plus de l'endoctrinement que de l'enseignement, quand à la seconde elle reste d'un piètre niveau en dépit des éloges complaisants de l'OMS.
Pinochet, originaire à l'inverse, d'une famille modeste est parvenu au pouvoir à l'occasion d'une guerre civile dont il fut un des acteurs principaux, mais sans a priori idéologique autre que celui d'empêcher précisément l'installation du communisme (qui récolta sous le nom d'Allende, 36% des voix, à l'occasion d'une catastrophique élection triangulaire). Cet épisode fut émaillé sans nul doute de drames humains nombreux et coûta la vie a environ 3000 personnes. Pinochet installa un régime autoritaire, mais sans commune mesure toutefois avec celui de Cuba et surtout, il organisa la transition démocratique de son vivant. Aujourd'hui, le Chili est le pays le plus stable politiquement d'Amérique du Sud et le plus riche de très loin en PIB/habitant.
Ces faits sont incontestables et rendent incompréhensibles les flagorneries irresponsables dont bénéficia si longtemps Castro de la part de nombre de dirigeants et de « faiseurs d'opinion » notamment français. Aussi incroyable que cela paraisse, jusque aux plus hautes sphères de l'Etat, Castro, surtout du temps qu'il était flanqué de son archange pervers Ernesto "Che" Guevara, était en dépit d'évidences criantes, gratifié d'une aura de révolutionnaire épris de justice et de progrès !
Dans le même temps ces censeurs obtus, drapés dans les oripeaux d'une vertu à sens unique, accusaient de tous les maux, le président chilien, assimilé à une sorte de Néron fasciste. La communauté des bien-pensants alla même jusqu'à tenter de le traduire en justice à l'occasion d'un traquenard diplomatique grotesque, occultant ainsi le droit d'un peuple libre de juger son dirigeant en toute connaissance de cause.
Les temps changent mais les assimilations demeurent toujours aussi grossières et partisanes.
Aujourd'hui, ces mêmes idiots, aussi éclairés par leur dogmatisme arrogant que des taupes par le plein jour, se réjouissent ostensiblement du basculement "à gauche" de l'Amérique du Sud, englobant dans le même émerveillement anti-libéral et anti-américain (car au fond c'est ça et seulement ça qui les meut) Lula, Bachelet d'une part et Morales, Chavez de l'autre ! Eternel recommencement...

01 décembre 2006

Etonnante Amérique des cloîtres



Lues dans « Escales d’un européen », ouvrage d’André Fraigneau, récemment réédité, ces opinions sur les Américains : "Ils sont propres, discrets, respectueux des autres et ceux qui s’intéressent à la culture sont fort informés, délicats et attentifs. Ce à quoi ils ressemblent le plus, c’est aux Allemands et aux Hollandais. Pas du tout aux Anglais indifférents ou aux Français suffisants et dépourvus de curiosité. " Ou encore : "l’Amérique, non seulement nous ressemble, mais nous rassemble, Européens éminents. "
Evoquant le musée des Cloîtres sur la longue colline qui domine l’Hudson, où plusieurs trésors de l’architecture gothique ont été reconstruits pierre par pierre à partir de ruines laissées à l'abandon en France : " Chacun de ces oratoires ouverts aux profanes qui veulent y méditer à leur manière et à leur guise, aux jeunes Américains trop pauvres ou trop jeunes pour visiter la vieille Europe mais qui veulent en rêver et écouter sa leçon, est composé de quelques fragments, non pas volés, arrachés par force, mais cédés par un gouvernement dont la volonté était de détruire ces édifices religieux d’en disperser les restes, de les laisser briser, servir de matériau aux citoyens enfin laïcisés. Mais le grain de porphyre, de granit ou de marbre n’a pas été réduit en poudre, ils n’est pas mort, il a poussé ici en bonne terre, respectueusement préparée et il continue son office. "
" Rockefeller a acquis cet espace immense pour y interdire toute construction industrielle, pour assurer le fief du musée, ou plutôt du monastère aux quatre cloîtres, aux deux chapelles dont la Beauté est la règle. "
"L’Amérique a le raffinement des races fortes, celui des Florentins de Laurent de Medicis ou des Versaillais de Louis XIV. "
Je me souviens avoir découvert pour la première fois cette étonnante aventure des "Cloisters" dans un livre de Georges Blond, "J'ai vu vivre l'Amérique". Et son cri du coeur, après avoir admiré les abbayes de Saint-Michel-de-Cuxa, Saint-Guilhem-le-Désert, Bonnefont-en-Comminges et Trie reconstituées amoureusement à quelques kilomètres des gratte-ciel de New York : " Eclate, génie de l’Europe ! "
Et je me prends à fulminer intérieurement : " Bon sang pourquoi tant d'incompréhension de la part du vieux monde vis à vis d'un rejeton aussi éclairé et respectueux ? " Jalousie recuite des vieilles peaux ratatinées pour les plus jeunes peut-être...

30 novembre 2006

Comment défendre notre alma mater ?

Superbe émission ce soir sur TF1. Eh oui, il y en a encore quelques unes sur cette chaine !
L'équipe d'Ushuaïa Nature a emmené les téléspectateurs vers l'archipel de Juan Fernandez au large du Chili, à quelques 600 Km de Valparaiso. On a pu découvrir grâce à des images stupéfiantes de beauté et de réalisme, le petit paradis botanique qu'est l'île de Robinson.
C'est assurément en faisant ce genre de démonstration que Nicolas Hulot est le plus convaincant, lorsqu'il évoque l'avenir de la planète et l'importance qu'il y a d'en sauvegarder le patrimoine écologique.
Quand il se mêle de politique hélas c'est beaucoup moins percutant. Il minaude d'un parti à l'autre et se croit obligé de prendre un ton doctoral, voire dogmatique pour enfoncer les portes ouvertes de l'évidence.
Qu'on en juge sur les 5 propositions « de son pacte écologique » :
Installer un vice premier ministre chargé du développement durable ! Pourquoi pas un vice-président, une enième commission interministérielle, une Agence, un Haut Comité...
Instaurer une taxe carbone : la belle idée dans un pays déjà criblé d'impôts de toute nature, dont une monstrueuse taxe sur les produits pétroliers !
Offrir un marché à l'agriculture de qualité : sans blague, en dépit de la vogue des produits « bio », les citoyens seraient donc abrutis au point d'acheter des produits frelatés ?
Soumettre les orientations du développement durable au débat public : n'est-ce pas précisément l'objectif de toute système démocratique.
Mettre en place une grande politique d’éducation et de sensibilisation : on ne nous bassinerait donc pas encore assez avec les prétendues conséquences du réchauffement climatique et de la pollution ?
Non décidément, je préfère cent fois à ce verbiage nébuleux, les ensorcelantes images ramenées de ses voyages au coeur de l'alma mater...

28 novembre 2006

Une épopée fantastique


ARTE a offert le 27/11 aux téléspectateurs, une belle rétrospective de l'histoire américaine, vue à travers le prisme du cinéma.
Signé Jean-Michel Meurice, ce documentaire montre clairement l'importance du 7è art dans l'imaginaire de cette nation.
Bien sûr il fait la part belle à David W.Griffith qui mit en scène avec beaucoup d'excès et d'emphase, mais aussi avec un réalisme étonnant les grands moments de cette fabuleuse aventure. Mais il passe également en revue, non sans une certaine tendresse, les oeuvres d'un grand nombre de cinéastes, américains de souche ou bien issus de l'immigration : Kazan, John Ford, Chaplin, Fuller, Mann, Capra...

Force est de constater qu'aux Etats-Unis, le cinéma est comme un exutoire au déferlement des passions, des drames, et des grands moments qui forgent la mémoire d'un peuple. Il n'y a guère de tabou. Tous les évènements sont évoqués sans concession.
Grâce à celà l'Amérique semble mieux digérer son histoire que l'Europe. Il n'y a pas de passif qu'il faut trainer comme un boulet. En dépit de ses erreurs, de ses fautes, le pays peut se regarder en face sans avoir peur de rougir, sans ressentir le besoin de s'excuser à tout moment. Et il peut afficher sa fierté d'avoir contribué à faire naître en quelque sorte le monde moderne en lui donnant comme fondations un idéal robuste autant qu'éclairé.
Belle démonstration, commentée sobrement et avec bon sens par deux écrivains, Jim Harrison et Russel Banks. Pas d'a priori, pas de clichés idéologiques.
Une soirée simple et roborative.

27 novembre 2006

La véritable horreur économique


Le 20 novembre, le Figaro titrait à propos des entreprises: "Tous les records de fusions et acquisitions seront battus en 2006". Gaz de France-Suez, Arcelor-Mittal, Alcatel-Lucent... Il y a plusieurs mois déjà que l'on sait que la France est gagnée par la fièvre des fusions.
Pour le quotidien, cette année sera encore plus "active" que 2000, marquée par le Krach de la bulle internet.
Souvent encouragées par l'Etat, elles ne se cantonnent pas au domaine privé. Le mouvement de concentration est général. Ainsi la plupart des administrations ou institutions publiques suivent la même tendance : les hôpitaux notamment, qui sont en train de se dévorer les uns les autres, en constituent une tragique illustration.

Autre caractéristique : les opérations sont d'une complexité et d'une durée croissantes. C'est ainsi qu'en France, Suez et Gaz de France ne boucleront sans doute pas avant 2007 leur fusion annoncée en février de cette année. Pis, en Espagne : les hostilités pour le contrôle du géant Endesa commencent juste en Bourse alors qu'elles se sont ouvertes il y a plus d'un an !
Tout ça est bien inquiétant.
Car en définitive il n'y a rien de plus abominable dans une économie saine et dynamique que les fusions d'entreprises. Cela peut faire illusion de manière fugace en donnant du poids et du chiffre aux géants nouvellement créés. A terme cependant, ça asphyxie l'émulation, ça tue l'initiative, ça créé des situations quasi monopolistiques, ça déshumanise et ça boursoufle la technostructure...



19 novembre 2006

La tyrannie de la pénitence


Ouvrage salutaire que l'essai de Pascal Bruckner sur « le masochisme occidental ».
S'inscrivant comme suite logique à son désormais célèbre « sanglot de l'homme blanc », il frappe juste en montrant les effets pervers de la culpabilité obsessionnelle vis à vis des fautes du passé, devenue la marque de l'Europe et tout particulièrement de la France.
Certes notre continent a beaucoup à se faire pardonner, mais il est d'autant plus étonnant de le voir verser dans une repentance aussi morbide, qu'il semble avoir réussi à vaincre ses principaux démons : communisme, fascisme, impérialisme colonisateur...
Bruckner flétrit la tendance actuelle à vouloir systématiquement prendre le parti des vaincus, des rebelles et des auto-prétendus opprimés, jusqu'à se dresser contre ses propres alliés et à ériger des brutes en héros. Il évoque à ce propos, la longue liste des tyrans et des illuminés successivement encensés par une intelligentsia irresponsable et donne en dernier lieu l'exemple de la figure « christique » du Palestinien.
Elle ressuscite en effet la notion de « bon sauvage » et cristallise en elle toute la culture de l'excuse, qui aboutit à transformer d'anciennes victimes en bourreaux. Par un incroyable tour de passe passe idéologique, les Juifs deviennent ainsi des oppresseurs au seul motif que leur existence contrarie les desseins de la nation arabe. Tout comme le fait de vouloir résister au communisme équivalait il y a peu de temps encore pour certains, à prôner le fascisme.
Loin de les inciter à progresser, ce dérèglement des sens conduit à infantiliser et déresponsabiliser nombre d'excités du tiers monde en excusant leur comportement actuel par leurs peines passées. On en vient d'ailleurs à se demander s'il s'agit de stupidité ou de lâcheté : « on s'agenouille devant les fous de dieu, on accepte leur révolte, et on bâillonne ou on ignore les libres penseurs. »
Bruckner montre qu'avec une mauvaise conscience aussi dogmatique, et en recherchant trop opiniâtrement les fautes anciennes, on laisse entendre que tout individu est une victime potentielle. « Chacun de nous acquiert en naissant un portefeuille de griefs qu'il devra faire fructifier. » De cette manière, on ne referme pas les plaies, on en crée de nouvelles : « j'étais malheureux, je ne le savais pas ».
Appliquée aux affaires intérieures du pays cette logique amène une étrange manière de penser : l'anticolonialisme sert de marxisme de substitution à toute une gauche en perte de compréhension du monde, l'anti-libéralisme et l'alter-mondialisme remplacent les illusions socialistes perdues.
On voit l'empreinte maléfique de la « Loi du marché » partout et même dans les aléas climatiques, et on finit « par lire les Minguettes ou la Courneuve avec les lunettes des Aurès ou des hauts plateaux du Tonkin »...
L'auteur constate parallèlement que « le romantisme de la souffrance » se conjugue dans un monde voué au culte de l'hédonisme, avec une « allergie à la douleur », l'idéal étant « d'acquérir le titre de paria sans avoir jamais rien enduré. »
Les nouveaux résistants sont en effet bien souvent « des héros de combats terminés. » Ils sont d'autant plus virulents que le risque lié à leurs prises de position est faible. Ils cultivent un devoir de mémoire intransigeant sur les drames du passé mais se révèlent d'une incurable myopie ou bien complaisants sur les maux actuels : Cambodge, Rwanda, Bosnie, Darfour, Tchétchénie, Corée, Irak, Iran...
Les responsables politiques, conscients des réalités mais pétrifiés par la crainte d'apparaître « réactionnaires », donnent des gages contradictoires. Ils affirment « comprendre » la jeunesse délinquante mais organisent avec force publicité contre elle des raids policiers tapageurs peu efficaces. Ils renvoient quelques sans-papier vers leur pays d'origine tout en régularisant la situation d'autres plus médiatisés. Ils cultivent l'ambiguïté en mélangeant « discrimination positive » et « immigration choisie ». Ils annoncent à grands frais quelques mesures sociales démagogiques tout en se livrant à une privatisation pusillanime des monopoles d'état, ils disent vouloir alléger, et "moderniser" la pression fiscale mais pérennisent un impôt aussi idéologique, absurde et stérilisant que l'ISF...
Résultat, par son attitude à la fois répressive et laxiste, libérale et néo-collectiviste « la République se met en position de perdre sur tous les fronts. »
Il y a dans cet ouvrage un constat pertinent des maux qui rongent notre société.
Au titre des critiques, on peut toutefois regretter une organisation générale un peu confuse. Cette impression est renforcée par l'excès de notes de bas de page et le surgissement de curieux encadrés en fin de chapitre, dont on ne comprend pas bien la signification vu qu'ils sont souvent sans lien évident avec ce qui précède.
La thèse n'est d'autre part, pas exempte de contradictions.
L'auteur reproche par exemple à la France « la détestation qu'elle se porte à elle-même », une « jubilation morose à se déprécier », et l'instant d'après il l'accuse au contraire de « s'identifier avec l'universel », de « se gargariser de sa grandeur ».
Un peu plus loin, s'attaquant vertement à l'anti-américanisme, il ne peut pourtant pas s'empêcher de sortir le traditionnel couplet anti-Bush accusant notamment l'administration actuelle de « rompre de façon inquiétante avec l'alliance d'empirisme de bon sens et d'enthousiasme qui a toujours caractérisé l'Amérique. » Plus fort, il qualifie même l'entourage du président « d'anciens bolcheviks passés à droite», et de « lobby néo-impérialiste » ! Quant à George W. Bush, il le dépeint comme « le messager antipathique de la liberté » !
C'est dommage, car venant à la fin de l'ouvrage ça en atténue un peu la portée.
Il faut en effet décider si le fait de porter haut l'étendard de la démocratie et de ses convictions constitue une qualité ou un défaut.
On peut lire par exemple que la démocratie résulte d'une « lente maturation », ce qui suggère qu'elle ne peut être imposée par la force, et qu'en terre musulmane elle ne s'établira « qu'à partir de l'islam et non dans sa négation », contrairement semble-t-il à ce que feraient actuellement les Américains.
Or, à l'inverse de ces affirmations, on a vu la démocratie s'installer de manière brutale et sanglante, et pourtant durablement au Japon et en Allemagne. Jamais enfin, en dépit d'une indéniable naïveté et de maladresses, l'administration Bush dans son grand dessein de faire progresser la liberté, n'a remis en cause l'islam lui-même, surtout pas en Irak.
Ces réserves mises à part, on ne peut que tomber d'accord avec l'exhortation avec laquelle Bruckner conclut son exposé : « Que l'Europe chérisse la Liberté comme le bien le plus précieux, et l'enseigne dès l'école aux enfants. »

17 novembre 2006

Un phare de l'humanité s'éteint...


Une pensée pour le grand économiste Milton Friedman qui vient de s'éteindre à l'âge 94 ans.

Fondateur de l'Ecole de Chicago, prix Nobel en 1976
, ses conceptions ont contribué à vivifier le libéralisme hérité des Lumières, celui-là même qu’appelait déjà de ses vœux Thomas Jefferson. Friedman plaidait pour un Etat modeste et répètait volontiers qu’il aimait les baisses d’impôts « plus parce qu’elles contraignent l’Etat à se serrer la ceinture que pour leur possible rôle incitatif de relance des investissements et de la consommation. »
Friedman, comme tous les amoureux de la Liberté, croyait davantage dans l'initiative individuelle que dans l'interventionisme de l'Etat, la première offrant de bien meilleures garanties en terme
de responsabilité et d'efficacité que le second. Relevée dans Libération, une citation mérite d'être soulignée tant elle contient d'évidence et d'humour : "Personne ne dépense l'argent de quelqu'un d'autre aussi consciencieusement que le sien."Il récusait d’autre part, toutes les politiques de relance, se soldant par une augmentation de l’inflation, montrant qu’en l’occurrence celle-ci ne peut qu’être aggravée par l’augmentation de la masse monétaire en circulation.
Avec Hayek, il affirmait que liberté politique et économique sont soeurs jumelles et indissociables, définissant ainsi l’idéal libéral dans toute sa plénitude.
En plaidant pour l’allègement du poids de l’administration et le renforcement du rôle fondamental des individus, l’école de Chicago a joué un rôle éminent dans le retour progressif de la confiance en matière économique après guerre. Malgré une augmentation passagère des déficits publics, l’Amérique a vécu la fin du vingtième siècle sous le signe de la prospérité retrouvée.
Nombre de pays ont profité de cette leçon. Pas la France hélas. Pourtant, elle pourrait s'enorgueillir depuis le XVIIIè siècle, d'avoir donné naissance à quelques uns des plus brillants économistes libéraux, très admirés outre-atlantique, quasi inconnus chez eux : François Quesnay, Turgot, Jean-Baptiste Say, Frédéric Bastiat...
Il y a un point toutefois sur lequel l'histoire, j'espère, lui donnera tort. Il avait prédit un sort funeste à l'euro...

15 novembre 2006

L'été d'un amour


Il y a de curieux « retours sur image » dans la vie.
Depuis l'adolescence je voue au poète romantique anglais Percy Bysshe Shelley une admiration éblouie.

Son destin aussi bref et étincelant que celui d'un météore me fascine. Échappé de la tutelle rigide de l’Angleterre victorienne, d’une beauté paraît-il angélique, et chantre aérien de l’amour et de la liberté, il mourut noyé à l’âge de 30 ans, alors qu’il traversait en plein orage, la baie de la Spézia, en Italie. Il y vivait des jours heureux auprès de sa femme Mary (elle-même écrivain et auteur du célèbre Frankenstein), et de ses amis, dont Lord Byron.


Aujourd’hui, par accident, je tombe sur un ouvrage de Mark Twain : « In the defense of Harriet Westbrook » qui me permet de redécouvrir un épisode obscur de sa courte vie (j’en avais connaissance mais l’avais quelque peu occulté). Le père spirituel de Tom Sawyer publia cet écrit sarcastique au titre étonnant, pour réparer une erreur historique commise selon lui par un des plus fameux biographes de Shelley, Edward Dowden, au sujet de la première épouse du poète.

Shelley, le rebelle, l’insoumis, l’auteur précoce d’un brûlot anticlérical intitulé « La nécessité de l’athéisme », avait épousé – religieusement – à 19 ans, la très jeune Harriet Westbrook de trois ans sa cadette.
D’extraction sociale nettement inférieure à la sienne, elle rayonnait cependant d’un charme certain. Elle était, selon les témoignages des personnes qui l’ont côtoyée, d’une exquise beauté et "bien qu’elle fut en passe de quitter l’enfance, celle-ci semblait vouloir lui laisser au front cette grâce indicible que donne l’innocence et la crédulité".
Elle conçut pour le poète, un amour infini, indéfectible.
Un amour irrémédiable en quelque sorte.
Ils vécurent heureux l’espace d’un été. En 1812, en Ecosse, à Lynmouth. A cet endroit où est établi aujourd’hui le Shelley’s Hotel, se trouvait à l’époque le Woodbine Cottage. Ils y passèrent une lune de miel éblouie. C’était, selon la description laissée par Harriet, lue sur le site internet de l’Hôtel : « such a little place that it seems more like a fairy scene than anything in reality ». Il s’agissait d’une résidence délicieuse, aux murs envahis par les roses et les myrtes, bordée au loin par les montagnes et offrant de la butte sur laquelle elle était juchée, une magnifique perspective sur la mer.
Malheureusement ce fut une joie fugace. Peut-être les seuls réels instants de bonheur vécus par la jeune femme qui
donna par ailleurs à Shelley deux enfants ; une fille, Ianthe et un garçon, Charles.
Mais le poète, avide de rencontres stimulant sa curiosité fantasmatique, sa propension pour les idées révolutionnaires et la réflexion philosophique, se mit rapidement à négliger sa petite famille. Il en vint même selon ses propres aveux, à regretter son engagement contracté sous le coup de l’impulsivité de sa nature.

Bien qu’il fut convaincu que l’amour était la seule richesse qui puisse se partager sans décroître, il se révéla incapable d’empêcher la désaffection pour Harriet de gagner son cœur. Ce furent tout d’abord des absences, de plus en plus fréquentes et prolongées du domicile ; des relations exaltées avec les milieux intellectuels de Londres, y compris avec certaines jeunes femmes dont le pouvoir de séduction n’était de toute évidence pas que spirituel.

Peu de temps après avoir rencontré rencontré Mary, la fille du philosophe anarchiste et « libéral » Godwin auquel il vouait une admiration probablement excessive, il en tomba follement amoureux et conçu très rapidement le projet de s’établir avec elle en Italie. Ce qui le conduisit à abandonner ni plus ni moins, sans grand remord, sa femme et ses enfants.
Certes, il veilla à ne pas les laisser dans le besoin, leur versant régulièrement une pension.

Mais Harriet ne se remit jamais de cette rupture qui entamait si incroyablement l’image idéalisée qu’elle se faisait de son mari. Après une longue désespérance, et malgré l’affection qu’elle portait à ses enfants et à sa sœur aînée, elle décida de se donner la mort en se jetant dans le lac Serpentine, qui traverse Hyde Park. Elle avait alors 21 ans.

La lettre d’adieu, laissée par Harriet avant son suicide vaut mieux qu’un long discours :
« Mon cher Bysshe, je te conjure, en souvenir des instants de bonheur passés ensemble, d’exaucer mon dernier vœu. N’enlève pas ton enfant innocent à ma sœur Eliza, qui est bien plus que moi-même, et qui n’a jamais cessé de lui prodiguer des soins attentifs. Ne dis pas non à ma dernière requête. Je n’ai jamais rien pu te refuser, et si tu ne m’avais pas abandonnée je pourrais continuer de vivre. Mais puisque c’est comme cela, je te pardonne librement, et je prie pour que tu puisses profiter de tout le bonheur dont tu m’as privée ».
Cette histoire est édifiante.
Elle n’apparaissait pas sous ce jour dans la biographie écrite par Dowden qui trouva une foultitude d’excuses à Shelley pour sa conduite, et qui alla jusqu’à insinuer, sans preuve objective, qu’Harriet manifestait une étroitesse d’esprit insupportable, et une jalousie obsédante tandis qu’elle trompait sans vergogne son mari.

Mark Twain, révolté par cette présentation tendancieuse des choses, entreprit de la battre en brèche en analysant de nombreux témoignages contradictoires. Sa version s’avère convaincante à mes yeux et, même si elle ne diminue en rien le talent poétique de Shelley, elle amène à se poser des questions.
Comment un être aussi sincèrement épris de perfection, aussi révolté par l’injustice, et aussi pénétré par la « Beauté intellectuelle » à laquelle il a consacré un hymne, comment un tel être peut-il causer tant de chagrin autour de lui ?
C’est un grand mystère.
Shelley, parfaitement bien intentionné mais trop idéaliste n’a pas vu ou n’a pas voulu voir autour de lui le malheur qu’il infligea à des gens qui l’aimaient sincèrement.
Il délaissa sa première femme, mais lorsqu’il mourut noyé comme elle, en grande partie à cause de son insouciance et de son inconscience, il laissait une veuve âgée de 25 ans et un orphelin de 6…

11 novembre 2006

Regards furtifs sur l'Arabie heureuse...


Le Yémen est probablement parmi les pays de culture arabe, un des plus fascinants. Peut-être parce qu'il est lieu même de ce qu'on appelle l'Arabie heureuse. Peut-être parce qu'il fut le pays de la mythique reine de Saba.
Ou bien tout simplement en raison de ses sauvages paysages montagneux dans les flancs desquels les hommes sont parvenus à dessiner à la force des poignets, de superbes terrasses de verdure et à enchâsser de stupéfiants villages à l'a-pic des ravins. Faits de maisons hautes et étroites, serrées les unes contre les autres, ils semblent défier dans un silence hiératique, les étendues désertes qui les entourent. Rarement l'oeuvre humaine n'a fait autant corps avec la nature.
Par la magie de la télévision, on peut s'imprégner des mystères et de la beauté intemporelle de ce pays.
Le 6 novembre, France 3 diffusait un excellent reportage dans l'émission « Faut pas rêver ». On pouvait y voir notamment comment on fabrique de père en fils des vitraux dans les ateliers de la capitale, Sanaa. Comment d'habiles artisans armés de rustiques compas, de règles et de couteaux ouvragent les blocs de plâtre encore chaud, y creusant avec virtuosité les cercles, les étoiles et les moresques destinés à servir d'encadrement gracieux à des verres multicolores.
A les voir travailler paisiblement, peut-on imaginer ces ouvriers se transformant en guerriers du jihad, en brutes vindicatives assoiffées de sang ?


Je ne veux pas pour ma part m'y résoudre et je m'interroge sur l'avenir de ces pays de tradition islamique. L'esprit d'humanité sera-t-il assez fort pour les empêcher de basculer complètement dans l'obscurantisme oppressif et belliqueux qui paraît gagner du terrain ces derniers temps ?
Le Yémen du sud à vécu plusieurs décennies sous la férule marxiste. Désormais réuni avec les provinces du nord, comprendra-t-il que l'émancipation éclairée constitue la plus belle perspective de progrès, dans le respect de ce que la culture ancienne a de meilleur ?

L'émission fournit une magnifique illustration de ce principe avec l'initiative d'un homme d'affaires chassé de son pays lorsque Moscou régentait Aden. Revenu riche de ses entreprises, Mohammed Bugshan a commencé de restaurer le palais familial, quelque part dans la vallée de Wadi Dawan, pour en faire un hôtel. La belle et noble façade colorée montre comment il est possible de mettre en valeur ce pays, qui demeure hélas à ce jour un des plus pauvres du monde.
Je reprends mes notes rédigées à l'occasion de l'émission Ushuaia de Nicolas Hulot le 8/2/06 :D'étranges sentiments naissent en voyageant grâce à l'objectif de la caméra, à travers ces contrées brûlées de soleil. L'oeil suit le faîte des dunes, qui dessine d'infinies arabesques ondulant entre le bleu éclatant du ciel et le jaune onctueux du sable.
Au creux d'une vallée, bordée d'à-pics tranchants on découvre une cité éblouissante, Shibam, la « Manhattan du désert ». Des immeubles rudimentaires, étroits et allongés, détachent de la montagne leurs façades blanches, percées d'obscures meurtrières et d'énigmatiques moucharabiehs, comme un fragile empilement de formes géométriques.

On découvre ensuite Socotra, l'île enchanteresse, au large du golfe d'Aden. Sur ce massif isolé, comme égaré hors du temps, on trouve une végétation étonnante. Des sandragons, arbres aussi ancestraux que les dinosaures, qui soutiennent de leurs arborescences sèches et raides, des parasols de verdure serrée. On extrait de leurs troncs une poudre colorante, dite « sang du dragon ».
A flanc de falaise, des câpriers en forme de bouteilles, accrochés à la roche, narguent les vents et la pesanteur. De leurs troncs ventrus sort une maigre végétation ornée de fleurs délicates.
Des Botswellia enfin, dont on extrait les perles d'encens qui valaient autrefois des fortunes.
Cette île, qui selon Pline était la demeure du Phénix, recèle des grottes spectaculaires dans lesquelles croissent depuis des millénaires, des forêts de stalactites. On y trouve, comme en Périgord, les curieux excentriques ignorant des lois de la gravité qui étendent dans toutes les directions de l'espace leurs doigts pétrifiés.
Enfin ce reportage magnifique s'achève sur les « hommes fleurs » : de rudes montagnards barbus aimant être propres et parfumés. Ils cultivent des fleurs odoriférantes, pélargoniums, géraniums, dont ils se font des couronnes qu'ils portent autour du cou ou de la tête.
Mais une question hante le spectateur pendant toute la durée de l'émission : Où donc sont les femmes ? A quelques rares exceptions, on n'en voit que les silhouettes fugitives enveloppées dans de funèbres niqab. A peine si l'on aperçoit deux yeux dardant un regard énigmatique. Comment diable font-elles pour se reconnaître dans la rue ? Comment parviennent-elles à supporter cette chape sinistre qui les confine à l'anonymat, raye pour ainsi dire leur existence aux yeux du monde ?
Paradoxe étonnant, on devine derrière cette sombre prison d'étoffe, les signes intacts de la séduction féminine : un maquillage raffiné, des mains soignées et décorées, des pieds graciles parfois chaussés de jolies sandales, un sac à main élégant duquel on voit même parfois surgir le symbole éclatant de la civilisation technique : un téléphone portable !
Rien dans ce qu'on voit ne démontre l'obligation du port du voile. Certaines femmes en sont dépourvues et paraissent parler librement aux hommes. Rien dans le comportement de ces derniers n'aide à comprendre pourquoi il faille cacher à ce point leurs compagnes. Et quel Dieu pourrait être assez borné pour exiger de masquer si tristement ce qu'il a créé, sauf peut-être pour le protéger des morsures du vent de sable et des brûlures du soleil dans le désert ?
Pourquoi donc ce retour à des pratiques médiévales ?

09 novembre 2006

Solitude du pouvoir


Grand remue-ménage aux Etats-Unis.
Le parti républicain qui tenait une grande partie des leviers du pouvoir en cède une bonne partie aux démocrates. Quasi égalité au Sénat, mais majorité absolue à la chambre des Représentants.
Merveilleux et terrible pays où les partis politiques ne peuvent s'endormir sur leurs lauriers plus de 2 ans de suite.

Beau joueur, le président Bush après avoir "félicité" ses adversaires pour leur "excellente campagne", s'est dit "très déçu" des résultats tout en assumant « une grande responsabilité dans cette défaite » (Le Monde). Il a même affirmé être « impatient de travailler avec les démocrates» : « Il y a des sujets très importants et il est nécessaire d'apporter des idées à la table, qu'elles soient républicaines ou démocrates, sinon rien ne sera voté »

La joie des anti-Bush peut enfin éclater.
Pourtant la réaction est somme toute assez mesurée. Pas de triomphalisme arrogant, pas d'exubérance revancharde.
Peut-être l'ampleur des enjeux fait-elle tout à coup prendre conscience aux vainqueurs que la tâche sera rude, et rappeler que si la critique est aisée, l'action est malheureusement bien plus difficile.
A bien y réfléchir, je serais tenté de penser comme David Brooks, éditorialiste au New York Times : « a good night for the country ».
Après 12 ans d'hégémonie, le retour de balancier est naturel dans une démocratie digne de ce nom.
Il faut espérer que les Démocrates sauront faire valoir des idées neuves et constructives. Il faut espérer également que l'Europe profitera de cette occasion pour se rapprocher du « géant débonnaire » et adopter une plus grande communauté de vue, dans son propre intérêt et dans celui du reste du monde.

Pour ma part je suis persuadé que l'administration Bush, en dépit de ses revers et ses maladresses, mérite le respect, pour avoir accompli sa mission dans des circonstances exceptionnellement difficiles. Elle a manifesté des convictions sincères, elle a fait preuve d'audace, de détermination, ne ménageant pas sa peine sur tous les fronts, en dépit des tombereaux de quolibets, d'insultes déversées par des gens habités on ne sait trop pourquoi, par une haine aussi bornée, qu'irrationnelle et définitive.
On pourrait évoquer pour sa défense, la bonne santé économique retrouvée après le crash de 2000-2001 (croissance de l'ordre de 4% ar an, taux de chômage quasi inexistant, création de 6,8 millions d'emplois en 3 ans, rentrées fiscales abondantes en dépit des (ou grâce aux) réductions d'impôts, déficit inférieur à 2% du PIB en 2006...)
On pourrait rappeler que malgré les menaces permanentes, et les torves sarcasmes visant la politique "sécuritaire", aucun attentat terroriste ne s'est produit sur le sol américain depuis 2001.

Je préfère toutefois penser aux soldats morts en terre d'Irak ou d'Afghanistan et souhaite ardemment que leur sacrifice ne s'avère pas vain, comme celui de leurs aînés tombés au Vietnam, pour une cause incomprise quoique juste.
Je pense aussi que George Bush restera de toute manière le président qui sut offrir une des plus hautes fonctions de l'Etat à une femme, noire, et d'origine modeste, non par démagogie mais tout simplement parce qu'elle était à ses yeux « the right person in the right place ». Elégant pied de nez à tous les détracteurs, pisse-vinaigres et autres tartarins donneurs de leçons...

06 novembre 2006

Chronique de la pensée unique


Quelle déception d'entendre encore et encore l'antienne tellement ressassée sur la stupidité des Américains, à propos de la guerre d'Irak (On n'est pas couché 4/11/06). Face à l'ancien ambassadeur israélien en France, l'aréopage bien pensant et franchouillard, entourant Laurent Ruquier s'est à nouveau délecté de ces poncifs nullissimes.
La guerre en Irak, on oublie, ou bien on feint d'oublier qu'elle ne date pas de 2003, mais qu'elle s'est s'inscrite comme une suite inéluctable au conflit de 1991, jamais bien éteint à cause de l'indétermination de la communauté internationale et de l'attitude incroyablement bornée de Saddam Hussein.
Loin d'être une initiative impulsive de George Bush, elle fit suite à plusieurs mois de débats aux Etats-Unis, aboutissant à un consensus politique très large. Au surplus, nombre d'échappatoires furent offertes à Saddam pour éviter les hostilités tout en sauvant la face. Il les rejeta toutes avec arrogance.
S'agissant des prétendues illuminations religieuses du président américain, rien dans son attitude ni dans ses déclarations ne saurait les confirmer. Il suffit de rappeler les mots avec lesquels il annonça l'intervention militaire : « We come to Iraq with respect for its citizens, for their great civilization and for the religious faiths they practice. We have no ambition in Iraq, except to remove a threat and restore control of that country to its own people. »
Quant à dire comme on l'entendit de la bouche d'Eric Zemmour, qu'il était sot de renverser Saddam au motif qu'il était le meilleur ennemi de l'Iran, il s'agit d'une sombre plaisanterie. Fallait-il selon ce principe nébuleux, laisser le champ libre à Hitler parce qu'il était un rempart contre le communisme ?
Il est indéniable que les armes de destruction massive furent en l'occurrence un alibi spécieux, mais cela vaut pour toutes les parties. L'administration Bush a très certainement exagéré le danger, tandis que d'autres le nièrent tout simplement. Saddam Hussein était-il oui ou non un tyran sanguinaire ? A-t-il oui ou non massacré des centaines de milliers de kurdes avec d'épouvantables armes chimiques ? S'est-il vanté oui ou non, de posséder l'arme nucléaire ? Et si l'on se réfère aux définitions des mots, l'épouvantable tragédie du Rwanda, qui fit 800.000 morts sous les yeux indifférents du monde bien intentionné, est-elle moins horrible parce que les armes n'étaient que des machettes ?
La plupart des « fins analystes » vantent l'action de Jacques Chirac lors de l'intervention militaire. Pourtant il y a fort à parier que l'Histoire retiendra surtout une grande lâcheté, doublée d'une trahison vis à vis de nos alliés les plus fidèles. Chacun sait bien que l'opération militaire était rendue possible par la résolution 1441 de l'ONU (venant après 16 autres...). C'est une véritable malhonnêteté intellectuelle que de prétendre que les USA violèrent les lois internationales. La France demanda une résolution supplémentaire dans le seul but d'y opposer un veto. On a vu des attitudes plus fair play et surtout plus responsables...
il est difficile de mesurer l'ampleur des dégâts occasionnés par la croisade anti-américaine menée par la France, mais il y a tout lieu de penser qu'ils sont immenses. Notre pays a pris le risque d'ouvrir une brèche terrible au sein du monde libre. Celle-ci constitue dorénavant comme un appel d'air irrésistible pour tous les fanatismes, tous les extrémismes, déstabilisant dangereusement l'ensemble de la planète.
Il faut enfin une bêtise crasse pour accuser l'Amérique d'avoir entrepris cette opération à seule fin d'assouvir de sordides intérêts matériels. Il faut surtout une méconnaissance épaisse de l'esprit qui guide et qui a toujours guidé les actions de ce pays, et dont nous fûmes nous même bénéficiaires à deux reprises.
Plus de 2600 soldats sont tombés en Irak en combattant avec l'espoir d'y installer une démocratie. On peut penser qu'il s'agit d'un objectif naïf ou même irréaliste, mais on ne peut leur retirer ce noble dessein, à moins d'être un fieffé salaud.
Le résultat n'est pas pour l'heure pas à la hauteur des ambitions, mais rien n'est encore définitivement joué.
A ce jour Saddam est tout de même hors d'état de nuire. Son pays s'est doté d'un parlement et d'un gouvernement issus d'élections libres. Il viennent d'entériner le principe d'une constitution fédérale et plusieurs dirigeants religieux ont signé récemment à la Mecque, un accord par lequel ils renoncent aux violences inter-confessionnelles.Si l'on y regarde bien, les difficultés actuelles proviennent en grande partie de la léthargie de nations, promptes à critiquer, mais incapables d'action et surtout de solidarité. Une fois encore, l'Amérique est bien seule à batailler pour la Liberté.
L'heure est encore à l'espoir et le moins qu'on puisse faire à partir de nos salons feutrés, c'est d'encourager ces efforts plutôt que de ratiociner comme des imbéciles, ou de se répandre prétentieusement en leçons de stratégie géopolitique.

25 octobre 2006

La fascination du pire


Sa gueule ébouriffée d'ange rebelle, ses faux airs rimbaldiens, et le titre énigmatique et accrocheur de son roman invitaient à découvrir l'univers de Florian Zeller.
Autant le dire tout de suite, en fermant le bouquin, c'est un peu la déception qui domine.
Cette virée en Egypte de deux jeunes écrivains censés participer à un salon du livre, à l'invitation de l'ambassade de France, manque singulièrement de substance.
Les deux personnages ne manifestent quasi aucun intérêt pour l'objet du voyage, entrepris « aux frais du contribuable ». (comme le dit le narrateur, "ça n'a aucune importance"). L'Egypte n'a guère plus d'attrait à leurs yeux. La seule chose qu'ils y voient avec consternation, « c'est le désert de sexe »...
Ça leur permet de faire des raccourcis à deux balles sur l'islam ascétique, ou sur l'époque bénie des "Mille et une nuits", mais surtout cette pensée les obsède à tout moment et finit par constituer le leitmotiv exclusif de leurs pérégrinations.
C'est un peu fatigant d'autant que malgré quelques références aux voyages de Flaubert, ce roman sans action ni émotion, est constellé de poncifs éculés : « depuis plusieurs années, les hommes politiques écrivent tous leur livre (ou plus exactement le font écrire) pour retrouver un peu du prestige qu'ils perdent quotidiennement en tentant de séduire des abrutis », ou à propos de l'Egypte : « c'est un système très répressif. Il y a des flics à chaque coin de rue. Alors forcément les gens se tiennent tranquilles » ou encore des Egyptiens : « ils ont clairement l'impression que c'étaient les Américains qui décidaient pour eux. Et on peut comprendre qu'il y a quelque chose de vaguement désagréable à l'idée d'être dirigé par des cons ».
Bref pour qualifier tout ça, les mots qui semblent les plus appropriés sont encore ceux avec lesquels le narrateur juge le livre (dans le livre) écrit par son acolyte, relatant cette médiocre – et funeste – expédition : « un roman réaliste, très contemporain, donnant des gages insensés à la modernité, sans détour poétique ni réelle écriture ».
Reste le titre, qui n'est quand même pas mal trouvé, et à lui seul, invite à réfléchir...

24 octobre 2006

Basic instinct 2


Plus belle et vénéneuse que jamais, Sharon Stone alias Catherine Trammer, reprend du service dans le rôle de la femme fatale, à la séduction mortifère.
Mais cette nouvelle prestation s'inscrit davantage comme un « second look » sur un cas clinique envoûtant, plutôt qu'une suite à l'épisode précédent.

On retrouve naturellement les ingrédients sulfureux qui ont fait le succès du thème. Mais hormis les apparences, il ne reste rien du vécu du personnage dont on peut donc suivre les aventures avec un oeil nouveau.
Partant de là, le scénario et la mise en scène, assez généralement étrillés par la critique, s'avèrent remarquablement soignés et très habiles, ne ménageant pas les nerfs du spectateur et relançant en permanence, et ce jusqu'à la fin, toutes les hypothèses.
Bien sûr on peut critiquer l'aspect quelque peu racoleur de ce sex-thriller torride, à déconseiller aux enfants. Il reste toutefois bien soft et plutôt élégant si on le compare à tant d'immondices pourtant couvertes de louanges.
On peut trouver le docteur Glass, inexorablement empêtré dans les mailles de la toile de l'araignée, un peu ballot et naïf. Mais le contraste avec la prédatrice n'en est que plus saisissant.
Il est difficile en tout cas, de nier que l'ensemble soit parfaitement maîtrisé et fertile en rebondissements, ce qui constitue tout de même l'essentiel pour les amateurs du genre.

23 octobre 2006

La sagesse tragique

Je pensais mal connaître Nietzsche. Je n'avais jamais rien lu du philosophe "hédoniste" actuellement en vogue, Michel Onfray. Excellentes raisons pour me plonger dans l'ouvrage « de jeunesse » de ce dernier, récemment revu et corrigé, destiné à faire un « bon usage » de l'auteur du « gai savoir ».
Je commence par quelques éloges. L'analyse n'a rien d'un pensum ésotérique. Le livre est court et plutôt bien écrit, très accessible, même si le style est parfois un peu emphatique : « avec lui s'ouvre un millénaire de clartés nouvelles : rayons froids et aseptisés qui tombent du chaos primitif et inondent de leur glace les cristallisations provisoires » et la rhétorique expéditive : « le souci nietzschéen consiste à promouvoir Dionysos contre le Crucifié, la Vie contre la Mort »...
Cela étant, ce petit compendium offre une vue assez large mais synthétique sur la pensée touffue de l'homme à la moustache. Il se décompose en deux parties d'allures antinomiques. La première traite de la déconstruction du monde (« Orages négateurs »), la seconde, de la genèse du surhomme, incarnant la volonté de puissance (« la grande santé »).
Onfray n'y va pas avec le dos de la cuiller. Passons sur l'exécution sommaire qu'il fait de la soeur du philosophe, coupable de l'avoir fait inhumer, lui le païen irréductible, sous « une croix d'argent massif », et d'avoir offert sa canne à pommeau à son vibrant admirateur le führer Hitler... De toute manière Nietzsche ne voyait pas « de pire signe de bassesse que de vouloir se sentir apparenté à ses parents ».
J'avoue toutefois que la lecture de ce portrait ne me porte guère à rejoindre le club des laudateurs dont l'auteur fait à l'évidence partie.
La vision du monde selon Nietzsche est proche de l'absurde : « de cette boue brûlante ne sortiront jamais ni ordre ni harmonie, ni sens ni évidence. Le projet Nietzschéen consiste à saisir l'austère rigueur de l'insensé vouloir » !
Un absurde froidement et définitivement athée : « Négativement cette lecture immanente du réel est prolégomène à la mort de Dieu. Elle annonce la bonne nouvelle du Dieu mort ».
Cette acception du monde ne s'embarrasse pas de chercher des preuves à la non existence de Dieu, car il lui suffit de considérer que « l'athéisme est la vérité induite ». Pourquoi ? Tout simplement parce que : « Refuser le réel c'est générer Dieu. L'accepter c'est le congédier. Fin d'une hypothèse. »
Dès lors, il suffit de « comprendre l'existence du monde par l'action d'une puissance dominatrice aveugle. ».
Nietzsche sous la plume de Michel Onfray, c'est donc « l'irreligion pure ».
Mais il a beau faire de ce constat un sujet de réjouissance, en proposant en échange « une cosmologie de la transe », et « des virevoltes dionysiaques » je reste dubitatif.
Dans ce contexte quasi nihiliste, la morale s'effrite et le libre-arbitre est pulvérisé : « lorsque les hommes agissent, ils subissent l'oeuvre de la Volonté de puissance au même titre que l'albatros ou le crapaud. » Du coup il devient naturel de « nier l'altruisme, la sympathie, la bonté, la douceur et la prévenance » et de dire « l'erreur de croire une action bonne ».
Il convient de voir la civilisation « comme cause des névroses » et repenser la notion même d'âme, « invention de l'homme impuissant à s'assumer champ de forces ». In fine, « il n'y a que du corps, l'âme en est l'une des modalités. »
Aucune des préoccupations propres à l'organisation de la vie en société n'a plus d'ailleurs de réelle importance. Mettre cette dernière « à l'abri des voleurs et de l'incendie, la rendre infiniment commode pour le trajet et les transports de toute sorte et transformer l'Etat en une providence, ce sont là des buts inférieurs, médiocres et nullement indispensables. Quand on est l'homme des hautes cimes et des espaces hyperboréens, on ne se préoccupe pas de la basse-cour. »
J'avais peur de trop bien comprendre la nature de l'idée nietzschéenne. Je crains désormais de ne pas m'être trompé et ressens une sorte d'effroi en lisant qu'elle « instille une charge monstrueuse de dynamite dans les interstices des morceaux majeurs de la civilisation. »
Le concept de Surhomme traité ensuite, n'est pas de nature à me rassurer. Il évolue dans un monde « dans lequel les oppositions entre bien-mal, vérité-erreur, responsable-irresponsable n'ont plus de sens », il n'éprouve « ni amour, ni amitié, ni tendresse, ni compassion », il n'est qu'une « bête de proie qui masque sous de multiples figures l'impérialisme de l'énergie brutale et aveugle qui le conduit » et fait de la cruauté l'alpha et l'oméga de toute éthique.
Seule touche un peu détonante, mais presque cocasse et dérisoire, il exprime « son consentement joyeux au monde » par le rire, la danse et l'ivresse, se préoccupe de diététique et pratique l'exercice physique.
Bref après cette description assez apocalyptique on ne s'étonne plus trop que la conception nietzschéenne du monde ait pu souffrir de tant d'erreurs d'interprétations ou qu'on puisse y trouver presque tout et son contraire, sauf évidemment Dieu. Onfray peut bien nous assurer que « le surhomme n'est pas ce fou furieux qui détruit et sème feu et batailles derrière lui », il faut reconnaître qu'il y a de quoi douter.
D'ailleurs on s'étonne qu'il s'étonne de voir le philosophe au marteau « transformé en militariste outrancier, en thuriféraire du nationalisme belliqueux, tout simplement parce qu'il écrit telle ou telle phrase vantant les mérites de la guerre ou des vertus militaires. » ou encore qu'il se lamente des accusations d'antisémitisme portées contre lui au motif qu'il a écrit que « les Juifs sont le peuple le plus funeste de l'histoire du monde »...
En vérité, la responsabilité du philosophe est réelle et son message doit se garder de toute ambiguïté s'il a la prétention de vouloir changer – en mieux, faut-il le préciser - l'existence des hommes. Tant d'horreurs ont été commises au nom d'idéaux nébuleux, exposés souvent brillamment, qu'il paraît urgent de revenir à la vraie sagesse. Depuis Socrate on n'a guère progressé sur ce point hélas.
Pour ma part, j'ai une répulsion certaine pour les théories qui nient avant toute chose l'existence de Dieu et tout autant pour celles affirmant le contraire. D'autant que le plus souvent elles mélangent joyeusement Dieu et religion. Onfray cite Nietzsche : « Le christianisme fut à ce jour la plus grande catastrophe de l'humanité ». En quoi Dieu serait-il responsable de ce que les hommes ont fait en son nom sous cette appellation (ou sous une autre) ?

En ce sens, sans avoir lu ses propres oeuvres, je sais ne pouvoir partager la conception philosophique de Michel Onfray, qui revendique, derrière la notion allégorique d'hédonisme, une triple inspiration : athéisme, anti-libéralisme et gauchisme « libertaire », tendance Besancenot, pour lequel il appela à voter en 2002.
Un philosophe athée m'inspire de la défiance. S'il y ajoute un engagement aussi sectaire et dogmatique que l'adhésion à la Ligue Communiste Révolutionnaire, j'ai tendance à fuir. Au moins Nietzsche se méfiait-il des opinions politiques et notamment du socialisme.
A contrario, j'apprécie chez la plupart des penseurs libéraux (c'est à dire dans mon esprit : libres), l'absence de tout postulat relatif à l'existence de Dieu, car considéré comme superflu pour améliorer la condition humaine. J'apprécie également que le libéralisme ne soit pas une opinion politique ni une idéologie et encore moins une doctrine immanente, mais en paraphrasant le cher Voltaire au sujet de Locke, « qu'au lieu de définir tout d’un coup ce que nous ne connaissons pas, il examine par degrés ce que nous voulons connaître. »

L'art d'avoir toujours raison


Schopenhauer, encore lui !
On connaît donc l'aversion féroce qu'il nourrissait à l'encontre de la dialectique hégélienne. Dans ce court traité, il entreprend de mettre à jour les artifices et les procédés qui selon lui apparentent cette dernière davantage à un tissu de « rodomontades » qu'à l'exposé de « bonnes raisons ».
Ce qu'il condamne avant tout, c'est la propension à concevoir l'argumentation comme une fin et non comme un moyen, au risque de négliger la véracité des arguments : « Dans les règles de cet art, on n'a pas à tenir compte de la vérité objective, car il est impossible, le plus souvent, de dire de quel côté elle se trouve »
Il entreprend donc de recenser et surtout de démonter méthodiquement, les quelques 38 stratagèmes dont usent et abusent ceux qui pratiquent cet exercice rhétorique dans le seul but de paraître avoir raison.
Parmi les artifices destinés à créer l'illusion, on reconnaît nombre de ficelles largement utilisées de nos jours lors des joutes télévisées offertes à un public souvent peu exigeant.
Une des plus répandues consiste à fausser l'argumentation de l'adversaire en l'étendant « au delà de sa limite naturelle, pour l'interpréter au sens le plus vaste qu'il se peut et l'exagérer ». Ainsi on traduira par exemple la volonté d'un ministre de renvoyer dans leur pays des familles d'immigrés clandestins par un diktat consistant à expulser des enfants scolarisés...
Autre manière fréquente, l'exploitation d'homonymies pour étendre également l'affirmation, confondre le sens propre et figuré des termes, en un mot jouer sur les mots. On a entendu à peu près tous les excès de cette nature, et venant de tous le bords, lors du débat dévoyé, au sujet de l'existence « d'armes de destruction massive » en Irak. N'était-il pas vain d'ergoter à ce sujet, sachant que Saddam Hussein, qui se vantait d'ailleurs de les posséder, avait fait plus d'un million de morts dans son pays, dont 500.000 en usant d'armes chimiques ? Et que dire du Rwanda où 800.000 personnes périrent sous les coups de machettes et d'armes blanches...
Dans le même esprit, le stratagème 12 consiste à mettre d'avance dans le mot ce qu'on veut prouver. Ainsi certains s'auto-proclament « progressistes », tandis qu'ils qualifieront leurs adversaires de « réactionnaires ».
D'autres se plaisent à ajouter par principe au mot libéralisme le préfixe péjoratif mais spécieux « d'ultra ».
A l'inverse, on entend souvent défendre la fonction publique par la seule invocation de la notion sanctuarisée de « service public ». Pour un observateur crédule la cause est déjà à demi-entendue.
Dans un autre genre, un « coup brillant » consiste à retourner un argument à la manière d'un retorsio argumenti plus ou moins fallacieux : « C'est un enfant, il faut user d'indulgence envers lui », retorsio : « Justement, puisque c'est un enfant, il faut le châtier pour qu'il ne s'endurcisse pas dans les mauvaises habitudes. » A l'évidence les deux ont raison, mais ne parlent pas de la même chose...
Un autre exemple de cette manière de raisonner se trouve dans la manière avec laquelle on entend souvent aborder le problème de la violence. A celui qui préconise la répression on oppose habituellement qu'au contraire, il faut s'en abstenir car « la violence amène la violence ». Ce raisonnement simpliste, qu'on peut interpréter comme on veut, fut mis à mal de manière spectaculaire par les mesures destinées à améliorer la sécurité routière : le seul fait d'avoir installé des radars automatiques sur les routes a permis de sauver plusieurs milliers de vie en moins de deux ans ! Belle efficacité pour une action de répression vraiment primaire !
Un procédé habile assez voisin est celui qui suggère qu'un argument peut se retourner contre celui qui le propose, car « une once de volonté pèse plus lourd qu'un quintal d'intelligence et de convictions ». On sait bien par exemple que les partisans de l'ISF se recrutent avant tout parmi ceux qui savent qu'ils n'y seront pas assujettis...

On retient également le système cherchant à assimiler, pour mieux s'en débarrasser, l'opinion de l'adversaire à un point de vue généralement détesté. En politique, la référence honteuse au fascisme ou au national-socialisme, constitue ainsi le pont-aux-ânes des amalgames dictés par la mauvaise foi.
En dépit de toutes ces recettes, la situation peut parfois être difficile. Schopenhauer rappelle que même en ces circonstances, il reste encore quelques échappatoires qui peuvent se révéler fructueuses. Mettre par exemple l'adversaire en fureur, ce qui conduit à jeter le doute, voire le discrédit sur ses propos, ou encore, faire diversion, se « jeter tout à coup dans un autre propos comme s'il faisait partie du sujet ».
Pour finir, Schopenhauer flétrit l'attitude trop courante qui consiste à « se servir de l'opinion commune en guise d'autorité ». On peut en effet y voir l'opposé de la maïeutique enseignée par Socrate, dont le but est précisément de faire sortir de chacun la matière utile à raisonner de manière originale et personnelle. Hélas force est de constater que le pouvoir de persuasion des mass médias donne raison à Schopenhauer qui cite l'avertissement de Sénèque : « Chacun aime mieux croire que juger par lui-même ».
Au point qu'on pourrait parfois se lamenter avec lui sur le fait que : « Désormais le petit nombre de ceux qui sont doués de sens critique sont forcés de se taire »
Face à ces perversions, les sages pourraient être tentés de suivre son conseil, à savoir de « ne pas s'engager dans un débat avec le premier venu ». Mais s'agit-il d'un choix acceptable ? Ne risque-t-on pas d'entériner ainsi définitivement le règne des idées reçues, des clichés et de l'erreur ?