27 décembre 2006

L'attente commence quand il n'y a plus rien à attendre*


L'année 2006 se termine sur cette triste image (Le Figaro) : Paris envahi par les tentes servant de refuge aux sans-abri dont la cohorte ne cesse de grossir.
En dépit de toutes les rutilantes politiques sociales mises en oeuvre depuis des décennies, de tous les beaux discours sur la fracture sociale, du rejet affirmé sans discontinuer du libéralisme par tous les dirigeants, la France semble s'enfoncer inexorablement dans la pauvreté.
Il y a de moins en moins de riches et malheureusement de plus en plus de pauvres.

Les impôts et charges n'ont jamais été aussi lourds sur le dos des contribuables et pourtant le PIB par habitant ne cesse de décroître. Ceux qui ont encore quelques moyens ont perdu la plupart de leurs illusions, écrasés qu'ils sont depuis tant d'années par la bureaucratie, les vaines paroles et la fatalité.

2007 peut encore devenir l'année d'un nouveau départ. Plût au ciel qu'enfin les Français prennent conscience qu'on ne fait pas le bonheur d'un peuple avec des principes et de l'idéologie. Plût au ciel qu'ils comprennent que l'Etat sera toujours moins efficace qu'eux mêmes pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne. Plût au ciel enfin, qu'ils acceptent le seul principe qui vaille, celui de Liberté. Liberté d'agir, liberté de raisonner, liberté d'aider, liberté d'entreprendre, et liberté de se débarrasser une fois pour toutes des bonimenteurs et des vendeurs de promesses !

* : Maurice Blanchot (1907-2003)

26 décembre 2006

S'il vous plait, dessine-moi un pôle...



Les hôpitaux sont sous le coup d'une singulière réforme. On l'appelle la "Nouvelle Gouvernance". Elle restructure pour la nième fois l'organisation interne des établissements en les contraignant cette fois-ci à regrouper les traditionnels services en "pôles". Au surplus, elle crée quantité de commissions, conseils et autres instances "stratégiques" ou "exécutives" et assujettit l'esemble à une gestion financière "à l'activité" dite T2A ("Tarification à l'activité").
Si l'intention est sûrement excellente, tout cela semble hélas bien bancal et surtout d'une incroyable complexité, car comme de bien entendu toutes les strates de ce qui faisait l'organisation ancienne restent en place !
Voici la vision que pourrait en avoir un Petit Prince, candide mais à l'esprit pratique, s'il arrivait impromptu dans cet univers :


"Si le Petit Prince débarquait sur la planète hospitalière il aurait sûrement une foule de questions à poser. Probablement, une des premières toucherait au chambardement qui remue actuellement ce vibrionnant microcosme : la nouvelle organisation en pôles d'activité ou Grande Pôlinisation comme l'appelle un de mes amis.

Mais s'il fallait dire à ce gentil candide de l'astéroïde B612, en quelques mots ce qu'est ou sera un pôle, on éprouverait à l'image des innombrables formateurs, informateurs, conseilleurs, manageurs, pourtant bien intentionnés et volontaires quelques difficultés.
Alors on commencerait peut-être par évoquer ce que ça n'est pas. Ça serait toujours autant de temps de gagné... Sans compter qu'il ne faut pas faire naître trop d'illusions. Un petit extra-terrestre candide pourrait en effet imaginer des choses trop simples. Par exemple qu'il s'agisse d'une notion commode permettant de réunir quelques entités un peu égarées en quête d'unité. D'autant qu'il y en aurait parfois besoin dans certains endroits...

On pourrait imaginer par exemple rassembler des services aussi proches conceptuellement que le SAMU, les Urgences et la Réanimation, ou encore la Maternité, la Pédiatrie et la Néonatalogie, ou bien la Cardiologie et la Pneumologie etc... Mais il faut se rendre à l'avis des experts : ce serait une erreur tant la spécialisation tend à les éloigner les uns des autres, à la manière des galaxies propulsées par l'inexorable expansion de l'univers. Même les établissements qui avaient construit il y a quelques années des pavillons consacrés aux Urgences ou à la Femme et à l'Enfant se posent désormais des questions. Les équipes communes prennent leur autonomie, les listes de gardes s'individualisent, et plus généralement pour le personnel, le jeu des vases communicants inter-services se réduit de plus en plus.
Et puis nombre de médecins l'affirment, ces spécialités c'est certain, doivent désormais se concevoir davantage comme des filières « territoriales » spécifiques que comme des agrégats internes hétéroclites. Pour le SAMU c'est consubstantiel à sa nature. Pour les Urgences c'est devenu naturel de raisonner « en réseau » reliant les SAU (Services d'Accueil et d'Urgences) aux UPATOU (Unités de Proximité d'accueil, de Tri et d'Orientation des Urgences). Quant à la Réanimation, sa mission sectorielle est même inscrite dans le SROS (Schéma Régional d'Organisation Sanitaire) ! On pourrait décliner le raisonnement discipline par discipline et ça aurait même un nom : le Projet Médical de Territoire !
L'ennui, c'est que la Loi sur les pôles n'a tout bonnement pas prévu ce type de fonctionnement. Des pôles de territoires, cher Petit Prince ça n'existe pas !
Évidemment, vu le tourbillon concentrationnaire asphyxiant progressivement les petites structures, il est probable que dans quelques années l'emblématique réseau territorial se résume à un seul établissement. Dans ce cas tout redeviendrait envisageable, mais n'anticipons pas, c'est déjà assez compliqué comme ça !

Pour résumer la situation, un pôle ça n'est pas vraiment fait pour réunir de manière cohérente les services. De toute manière, s'il s'agissait de cela on l'aurait déjà fait puisque les outils gestionnaires adéquats existent depuis belle lurette : les fédérations ou mieux encore, les départements !
Un pôle, entend-on parfois, c'est une « entité de gestion ». Mais si on explique cela aussi crûment au Petit Prince, il chercherait aussitôt à savoir ce qu'est concrètement une entité de gestion et à quoi ça sert. Il faudrait alors lui expliquer que c'est quelque chose qui permet « de mettre en oeuvre la contractualisation interne » et « d'optimiser la tarification à l'activité ».
Il se croirait alors à coup sûr de retour sur la planète du businessman et voudrait sans doute obtenir des précisions sur la nature de ces fameux contrats et sur les millions de la T2A.

Allez donc éclairer sa lanterne ! Faudrait-il lui révéler que la contractualisation est inscrite dans le grand livre de la loi depuis 15 ans mais que personne ne l'a encore vue de près ? Qu'il s'agit maintenant de faire confiance aux pôles qui ne disent rien de plus précis sur le sujet ?
Quant à la T2A si on lui explique qu'elle sert à additionner les millions mais que plus il y en a, moins il ont de valeur, il trouverait le jeu un peu bizarre. Comme de compter les étoiles et de se figurer qu'on les possède après avoir inscrit leur nombre sur un papier soigneusement rangé sous clef...
Bref, on aurait du mal à le convaincre de l'efficacité des pôles en terme de gestion.

Alors il reste bien une hypothèse. Celle postulant que les pôles puissent servir à donner aux hôpitaux davantage de cohérence vu de l'extérieur. Que le méli-mélo des unités fonctionnelles, des services, des « centres de responsabilités » qu'on appelle « fichier de structure » se simplifie et procure aux béotiens une meilleure lisibilité.

Mais il ne faut pas rêver. Toutes les entités existantes subsistent et aucune méthode reproductible ne guide comme on l'a vu plus haut la conception des pôles. Encore plus que les moutons, il y a mille et une façons de dessiner ces machins. On pourrait par exemple concevoir - si l'on dispose évidemment d'un nombre suffisant de directeurs - un pôle par service, ce qui aurait l'avantage de superposer parfaitement les deux notions, donc de faire de substantielles économies en terme de restructurations. A l'inverse un seul pôle regroupant l'ensemble des unités est tout aussi plausible. En tant que DIM (Département d'Information Médicale) cette dernière option ferait bien mon affaire d'ailleurs. Je songe souvent à un monde dans lequel il ne serait plus nécessaire de débiter les RSS (Résumé Standardisé de Séjour) en tranches de RUM (Résumé d'Unité Médicale), de coder et d'analyser tout ça séparément, et de dépenser des kilos de salive pour tenter d'expliquer la différence subtile entre ces notions ou d'extrapoler de saugrenus et virtuels budgets de services. Pour le Bureau des Mouvements ça serait le bonheur aussi...

Entre ces extrêmes, gageons que les hôpitaux ne manqueront ni d'imagination ni de fantaisie pour inscrire leur schéma personnalisé. Ils resteront donc aussi complexes, aussi impénétrables, aussi incomparables qu'avant et les pôles seront sans doute de gros monstres de papier générant beaucoup de réunions, de conseils, de projets, d'objectifs, de chefs, de sous-chefs. Bref la routine quoi...

En somme le Petit Prince s'il nous rendait visite, repartirait un peu dubitatif, pensant que la réforme des pôles, « c'est amusant, c'est assez poétique, mais ce n'est pas très sérieux. »

Publié dans DH Magazine No109, Oct-Déc 2006

Land of plenty


A travers 2 personnages que tout semble opposer, Wim Wenders offre sa vision de l'Amérique blessée mais ambivalente d'après le « nine/eleven ».

Le film est dominé par les mésaventures burlesques d'un personnage totalement déjanté, Paul, ancien vétéran du Vietnam, auto-proclamé « gardien de la sécurité nationale ».

Dans une camionnette, bricolée par ses soins, bourrée de gadgets électroniques, il sillonne inlassablement les rues de Los Angeles, surveillant les activités de toute personne ou de tout groupe « suspect » de velléités terroristes. Même s'il voit des complots partout, il n'est toutefois pas méchant. Enfermé dans des certitudes grotesques, il ne comprend à l'évidence rien du monde qui l'entoure. Il suit des pistes qui ne mènent nulle part, mais il est persuadé d'oeuvrer pour le bien.

De son côté une jeune femme, Lana, dont on apprendra qu'elle lui est très proche, débarque précisément du Proche-Orient où elle effectuait un voyage humanitaire. A l'inverse de Paul, elle manifeste une très large ouverture d'esprit et possède de grandes qualités de coeur. Elle est connectée sur internet, donc en prise sur le monde, et consacre tout son temps au service d'une mission d'aide aux SDF.

Ce film est assez touchant. Bien que le cinéaste montre un parti-pris très anti-Bush, comme il se doit en tant qu'artiste « éclairé », il ne traite pas son sujet de manière trop vindicative ou caricaturale. L'approche intimiste d'évènements gigantesques reste hélas assez rudimentaire. Les personnages un peu trop « fabriqués » pour la démonstration, manquent de crédibilité et ne portent pas très loin le raisonnement du cinéaste. D'autant qu'il manque la touche poétique décalée à laquelle il nous avait habitués. Une mention pour la magnifique chanson de Leonard Cohen qui donne son titre au film et sur laquelle il s'achève en beauté.

19 décembre 2006

Le mystère de Nicolas de Staël



Certaines destinées sont hors du commun. Celle de Nicolas de Staël, tourmentée et lumineuse, est de celles-là.
Son oeuvre exprime avec une magnifique prégnance les intenses passions intérieures dans lesquelles se consumèrent les dernières années de sa courte vie terrestre.
Jusqu'à l'âge de 35 ans pourtant, il mena une existence obscure, difficile, marquée par le déracinement, la misère, les drames familiaux. Sa peinture durant ces longues années s'en ressent. Elle est sombre, épaisse, peu colorée et peine à s'extraire de lourdes compositions abstraites. Rien d'exceptionnel ni de transcendant ne caractérise cette période ("La vie dure" dit l'une d'entre elles).



A partir de 1950 environ, sa palette s'éclaircit soudain. Comme s'il était mu par une intuition géniale, il se met à alléger la pâte qu'il entreprend d'étaler sur la toile de manière fluide et lyrique. La couleur éclate et les formes tout à coup sous ses pinceaux, prennent une signification directement tangible. Ce style nouveau, régénéré, qui s'échappe de la gangue abstruse et aléatoire dans laquelle il paraissait végéter, ne devient pas pour autant figuratif, au sens classique du terme. Il fait beaucoup mieux. Il prend son envol, avec une sorte de divine certitude, au dessus de l'infini qui s'offre subitement à l'artiste, et se met à cheminer hardiment sur la ligne ténue et mystérieuse entre le réel et le poétique. Il transmue la matière et donne du monde une interprétation idéale, à la fois intemporelle et aérienne.

Par le jeu de subtiles transitions de gris, vibrant autour de somptueux aplats colorés, s'opère une incroyable transfiguration. C'est un univers illuminé qui naît sous les doigts enflammés du peintre. La lumière envahit le champ du possible, inonde les compositions, fascine le regard, interroge l'intellect de manière éperdue.

Nicolas est comme électrisé par ce don terrifiant qui surgit de nulle part. En cinq ans à peine il jette sur la toile près d'un millier de tableaux magiques. Il travaille jour et nuit, comme s'il était possédé par les visions indicibles qui dévorent son esprit. La grâce, la plénitude, l'insondable peuplent son imaginaire.

Il vit une expérience hallucinante de totale immersion artistique. Son art est à la fois incroyablement fragile et parfaitement maîtrisé.

Comme il s'en réjouit lui-même : « L'espace pictural est un mur, mais tous les oiseaux du monde y volent librement. À toutes profondeurs ».

Combien de fois ai-je ainsi médité devant ces sublimes toiles, dans le cadre enchanteur du Musée d'Antibes où elles résident à demeure ? Combien de fois ai-je cherché l'explication de l'étonnant envoûtement dont je fus saisi définitivement au sortir de l'adolescence, lorsque je vis pour la première fois en visitant le musée André Malraux du Havre ces merveilles d'équilibre, de lumière et de liberté. Combien de questions me suis-je posées pour tenter de comprendre le mystère qui émane de l'océan rouge et des lignes épurées du "Grand Concert", peint quelques jours à peine avant la mort brutale, tragique, énigmatique, du peintre ?

L'art de Nicolas de Staël est à nul autre comparable. Parmi les peintres du vingtième siècle, ni Picasso, ni Braque, ni même Matisse que j'aime beaucoup, ne parviennent à me communiquer une émotion aussi intense. Je ne trouve nulle part ailleurs cette alchimie incroyable qui me transporte aussi inlassablement. Seules peut-être, les variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach me font, au plan musical, une impression comparable. C'est une perpétuelle source de joie. Un hymne bouleversant à la Liberté de l'Etre.

15 décembre 2006

Pour Jean-François Revel, et Direct 8...


Moment culturel très agréable ce soir autour de l'excellent François Busnel, sur Direct 8, la petite chaîne qui grimpe, de la TNT (Les livres de la 8).
En direct, le plateau réunissait quatre auteurs venus d'horizons très divers : André Asséo, qui témoignait de son affection pour Louis Nucéra auquel il vient de consacrer une biographie, André Comte-Sponville qui disserta sur l'esprit de l'athéisme, Jean-Pierre Luminet qui fit de même sur le destin de l'Univers et sur la nature des trous noirs et de la matière invisible (qui représenterait plus de 99% de la masse de l'univers !). Enfin, last but not least Pierre Boncenne, heureux lauréat du prix Renaudot, venu présenter son ouvrage « Pour Jean-François Revel ».
Ah Jean-François Revel ! Drôle de type tout de même. Il écrivit abondamment sur la philosophie mais les philosophes le dédaignent, il fut un remarquable journaliste mais n'est quasi jamais cité par ses pairs, il se disait de gauche mais fut opiniâtrement méprisé par le gratin autoproclamé de ce clan sectaire.
Boncenne nous apprend que son livre est le premier au monde sur le sujet ! Qu'il fut refusé par un premier éditeur au motif que Revel « était de droite ». On croit rêver... Faut-il en déduire que l'esprit critique ait définitivement déserté la France ?
Incontestablement l'homme fut un esprit libre. Pour autant, ses prises de positions peu orthodoxes étaient manifestement dictées par le souci de rationalité, bien plus que par celui de provoquer. Car c'était un être éminement raisonnable et pondéré, quoique d'une insatiable curiosité. Sans doute pas à la manière de Descartes qu'il avait défini comme un des derniers penseurs médiévaux, mais plutôt comme un sceptique optimiste dans le sillage des philosophes anglo-saxons. Un vrai libéral quoi.
Je reste pour ma part profondément imprégné par quelques uns de ses ouvrages que je juge particulièrement efficaces et décapants : « Descartes inutile et incertain », « Pourquoi des philosophes », « La connaissance inutile », « L'obsession anti-américaine ».
Le style est alerte, concis, précis et l'argumentation fait souvent mouche pour quiconque n'a pas trop de parti pris. Un régal intellectuel.
Certes, le personnage recèle également des aspects moins flatteurs. Une certaine suffisance, dont sa personne, joufflue, massive, était en quelque sorte le reflet. Au rang de ses ouvrages les moins réussis figure à mon avis son autobiographie « le voleur dans la maison vide ». On y trouve précisément cette tendance égocentrique, cette tranquille certitude d'avoir raison, cette préoccupation permanente de se montrer à chaque instant sous le meilleur jour.
Dans le même ordre d'idées, la volupté apparente avec laquelle il enfila le costume d'académicien au soir de sa vie, fut touchante tant elle révélait l'intense satisfaction dans laquelle se pâmait son ego.
Il me reste à l'esprit cette anecdote : au moment où je cherchais désespérément des conseils et un éditeur pour mon premier livre, j'écrivis à Jean-François Revel pour lui demander s'il accepterait de lire mon manuscrit. Je ne me faisais guère d'illusions mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus en guise de réponse, quelques mois après ma sollicitation, un faire-part enluminé signé Bernard Pivot, me proposant de participer à l'achat de l'épée d'académicien du grand homme !
Cela ne m'empêchera toutefois pas de prendre connaissance de la plaidoirie de Boncenne, avec naturellement un oeil critique...

09 décembre 2006

Ségolades et Douste-blablas


La légèreté, l'inconstance, et la pusillanimité dont font preuve la plupart des politiciens français dans leurs analyses concernant le Proche-Orient a de quoi faire frémir.
Il y a quelque jours madame Ségolène Royal, qui aspire aux plus hautes fonctions de l'Etat, était en voyage dans cette partie plutôt agitée du globe.
Rencontrant les dignitaires du Hezbollah, dont elle ne peut ignorer la nature terroriste anti-occidentale, elle révéla qu'elle partageait une bonne partie de leurs opinions (« Il y a beaucoup de choses que je partage dans ce que vous avez dit, notamment votre analyse sur les États-Unis. » cité par Rioufol). Elle a condamné par la même occasion le survol du Liban par l'aviation israélienne.
Deux jours plus tard en Israël, dont elle sait qu'il est le principal allié des Américains dans la région, avec Olmert elle revendiquait le droit à la sécurité du peuple hébreu, et disait finalement comprendre le même survol du Liban. Plus fort, elle alla même jusqu'à refuser à l'Iran le droit de disposer d'installations nucléaires civiles !
Et, comme pour donner une dimension messianique à son périple elle se crut obligée en l'achevant, de se délester d'une lapalissade aussi pompeuse que superfétatoire : « Je forme le voeu (...) que se lève une paix durable et de nouvelles forces de vie. Le progrès du monde a besoin d'un Proche-Orient réconcilié avec lui-même" (Le Monde).

Parmi les réactions moqueuses ou critiques qui ponctuèrent ce joli coup d'épée dans l'eau médiatique, celle de monsieur Douste-Blazy, sémillant ministre des Affaires Étrangères, figure comme un morceau d'anthologie. Il s'insurgea en effet contre la prise de position de la candidate, au motif qu'elle traduit une méconnaissance profonde du sujet : "Remettre en cause le droit de l'Iran à obtenir l'énergie nucléaire civile, je dis bien civile, comme vient de le proposer Madame Royal c'est en réalité remettre en cause le Traité de non prolifération qui a été signé par la quasi-totalité de tous les pays du monde" (L'Express).
Or le même Douste-Blazy, comme je l'avais déjà relaté, affirmait pourtant début 2006 : «Aujourd'hui c'est très simple : aucun programme nucléaire civil ne peut expliquer le programme nucléaire iranien, donc, c'est un programme nucléaire militaire clandestin».
Mais Le cher Douste n'est guère moins volage que Ségolène. Quelques mois après il n'hésitait pas à reconnaître
au même Iran un « rôle de stabilisation dans la région »!
Pauvre France...

06 décembre 2006

La méthode assimil


On entend souvent (pas plus tard que le 4/12/06 sur France Inter dans le très partisan 7-9h30) comparer dans la même abjection deux dictateurs sud-américains : Augusto Pinochet et Fidel Castro.
Cet amalgame très réducteur est symptomatique de la pauvreté de la pensée politique en France et de sa nature manichéenne.
Peut-on mettre sur le même plan ces deux personnes que rien ne rapproche ? Je ne le pense pas pour ma part.
Castro, fils d'un riche planteur, a inscrit son nom dans la longue, très longue liste des tyrans inféodés au marxisme-léninisme, si dévastateur à travers le monde. Au pouvoir depuis 45 ans, à la faveur d'une révolution sanglante fabriquée par ses soins, il a installé un absolutisme basé sur la terreur, qui n'a molli à aucun moment et peut compter ses victimes par centaines de milliers, soit qu'elles furent emprisonnées, soit purement et simplement assassinées. Il a placé son pays dans une situation conflictuelle absurde avec les USA qui l'avaient pourtant libéré de la tutelle espagnole en 1898, et l'a plongé dans l'arriération intellectuelle et la pauvreté.
Les gens qui défendent encore ce bastion odieux de l'intolérance prétendent que l'éducation et la santé y sont gratuites. C'est naturellement faux car comme pour toute chose ici bas, elles sont forcément payées par quelqu'un. Au surplus, la première relève plus de l'endoctrinement que de l'enseignement, quand à la seconde elle reste d'un piètre niveau en dépit des éloges complaisants de l'OMS.
Pinochet, originaire à l'inverse, d'une famille modeste est parvenu au pouvoir à l'occasion d'une guerre civile dont il fut un des acteurs principaux, mais sans a priori idéologique autre que celui d'empêcher précisément l'installation du communisme (qui récolta sous le nom d'Allende, 36% des voix, à l'occasion d'une catastrophique élection triangulaire). Cet épisode fut émaillé sans nul doute de drames humains nombreux et coûta la vie a environ 3000 personnes. Pinochet installa un régime autoritaire, mais sans commune mesure toutefois avec celui de Cuba et surtout, il organisa la transition démocratique de son vivant. Aujourd'hui, le Chili est le pays le plus stable politiquement d'Amérique du Sud et le plus riche de très loin en PIB/habitant.
Ces faits sont incontestables et rendent incompréhensibles les flagorneries irresponsables dont bénéficia si longtemps Castro de la part de nombre de dirigeants et de « faiseurs d'opinion » notamment français. Aussi incroyable que cela paraisse, jusque aux plus hautes sphères de l'Etat, Castro, surtout du temps qu'il était flanqué de son archange pervers Ernesto "Che" Guevara, était en dépit d'évidences criantes, gratifié d'une aura de révolutionnaire épris de justice et de progrès !
Dans le même temps ces censeurs obtus, drapés dans les oripeaux d'une vertu à sens unique, accusaient de tous les maux, le président chilien, assimilé à une sorte de Néron fasciste. La communauté des bien-pensants alla même jusqu'à tenter de le traduire en justice à l'occasion d'un traquenard diplomatique grotesque, occultant ainsi le droit d'un peuple libre de juger son dirigeant en toute connaissance de cause.
Les temps changent mais les assimilations demeurent toujours aussi grossières et partisanes.
Aujourd'hui, ces mêmes idiots, aussi éclairés par leur dogmatisme arrogant que des taupes par le plein jour, se réjouissent ostensiblement du basculement "à gauche" de l'Amérique du Sud, englobant dans le même émerveillement anti-libéral et anti-américain (car au fond c'est ça et seulement ça qui les meut) Lula, Bachelet d'une part et Morales, Chavez de l'autre ! Eternel recommencement...

01 décembre 2006

Etonnante Amérique des cloîtres



Lues dans « Escales d’un européen », ouvrage d’André Fraigneau, récemment réédité, ces opinions sur les Américains : "Ils sont propres, discrets, respectueux des autres et ceux qui s’intéressent à la culture sont fort informés, délicats et attentifs. Ce à quoi ils ressemblent le plus, c’est aux Allemands et aux Hollandais. Pas du tout aux Anglais indifférents ou aux Français suffisants et dépourvus de curiosité. " Ou encore : "l’Amérique, non seulement nous ressemble, mais nous rassemble, Européens éminents. "
Evoquant le musée des Cloîtres sur la longue colline qui domine l’Hudson, où plusieurs trésors de l’architecture gothique ont été reconstruits pierre par pierre à partir de ruines laissées à l'abandon en France : " Chacun de ces oratoires ouverts aux profanes qui veulent y méditer à leur manière et à leur guise, aux jeunes Américains trop pauvres ou trop jeunes pour visiter la vieille Europe mais qui veulent en rêver et écouter sa leçon, est composé de quelques fragments, non pas volés, arrachés par force, mais cédés par un gouvernement dont la volonté était de détruire ces édifices religieux d’en disperser les restes, de les laisser briser, servir de matériau aux citoyens enfin laïcisés. Mais le grain de porphyre, de granit ou de marbre n’a pas été réduit en poudre, ils n’est pas mort, il a poussé ici en bonne terre, respectueusement préparée et il continue son office. "
" Rockefeller a acquis cet espace immense pour y interdire toute construction industrielle, pour assurer le fief du musée, ou plutôt du monastère aux quatre cloîtres, aux deux chapelles dont la Beauté est la règle. "
"L’Amérique a le raffinement des races fortes, celui des Florentins de Laurent de Medicis ou des Versaillais de Louis XIV. "
Je me souviens avoir découvert pour la première fois cette étonnante aventure des "Cloisters" dans un livre de Georges Blond, "J'ai vu vivre l'Amérique". Et son cri du coeur, après avoir admiré les abbayes de Saint-Michel-de-Cuxa, Saint-Guilhem-le-Désert, Bonnefont-en-Comminges et Trie reconstituées amoureusement à quelques kilomètres des gratte-ciel de New York : " Eclate, génie de l’Europe ! "
Et je me prends à fulminer intérieurement : " Bon sang pourquoi tant d'incompréhension de la part du vieux monde vis à vis d'un rejeton aussi éclairé et respectueux ? " Jalousie recuite des vieilles peaux ratatinées pour les plus jeunes peut-être...