28 février 2013

Exaltation marine

Nul en ce doux vagabondage
Sur des flots à peine ridés
N'échappait aux parfums iodés
D'une liqueur marine hors d'âge

A l'archaïque bastingage
Quelques voyageurs accoudés
Humaient l'air pur, dépossédés
De toute attache et de bagage

Au loin dans un ciel virginal
Montait une brillante aurore
Comme un brouillard séminal,

Et une clarté de phosphore
Versait l'innocence et l'oubli
Sur ce qu'ils croyaient établi.

Illustration : Nicolas de Staël. Mer et nuages.

13 février 2013

Cette fleur qui s'ouvre...


Cette fleur qui s'ouvre au cœur de l'hiver,
Quel message muet nous envoie-t-elle ?
Et pour naître sous un ciel si couvert,
A quel sublime dessein répond-elle ?


Comme une rose au milieu du désert
Elle n'a vraiment que faire d'être belle
Et son cœur de fleur à peine entrouvert
Souffre déjà d'avoir été rebelle.


Son destin est si bref que maints bourgeons
Juste éclos tombent en défloraisons
Encore enchâssés dans leur forme ronde.


Est-elle venue trop tôt ou trop tard
Est-ce la volition ou le hasard
Qui l'inscrivent dans l'harmonie du monde ?

08 février 2013

O mon île...


Le long du rivage, animé par une brise
La noble allée de palmiers me salue bien bas,
Tout en ouvrant gentiment ses mille et un bras
Qui me disent : Viens, c'est une terre exquise...

Au loin, la montagne est dans une brume grise
On voit poindre ici où là, sur ses contre-bas
Le rouge des toits de tôle et les vacoas
Qui déchirent en douceur cette heure indécise

S'agit-il d'un rêve ou de la réalité ?
Ce pays que j'aime est-il ma fatalité
Ou bien l'incarnation d'un éden impossible ?

Ses chaudes bleuités, ses parfums épicés,
Le rappel sensuel de moments insensés
Sont les échos diffus d'un remords indicible...

05 février 2013

Blitzkrieg

Avez-vous vu comme tout est simple avec François dit « Le Normal » ?
Il suffit qu'il le décrète et, comme par magie, le rêve se transforme en réalité. « Le changement, c'est maintenant »: on le voit tous les jours. « L'Etat impartial », c'est en cours, au fil des nominations, « la réussite éducative », c'est en très bonne voie, « le redressement productif », ça se profile doucement... Même la crise qui plombait de ses nuages noirs l'avenir n'est déjà plus qu'en demi teintes...

Et même en chef de guerre, ce qui n'était pourtant pas sa mission première telle qu'elle avait été claironnée au bon peuple, le nouveau président se révèle aussi brillant que perspicace.

Au Mali, il a suffi de trois petites semaines pour pacifier le pays ! Et quasi sans un coup de feu ! Tout juste eut-on le temps de voir passer deux ou trois véhicules militaires que l'affaire était réglée. Tombouctou est libérée !

Il n'est pas question ici de persifler sur les mérites de l'armée, dont on ne doute pas de la qualité. Juste s'émerveiller de la prescience extraordinaire du chef de l'Etat qui a senti à quel moment il fallait intervenir (au terme du désengagement courageux en Afghanistan, quelle coïncidence) et avec quelle stratégie.
Y eut-il des combats, on en douterait presque tant la victoire fut rapide, complète, écrasante. Et nul besoin d'aide de personne, ni de l'Europe, ni de l'ONU, ni de l'OTAN qui semblent indifférents ou bien abasourdis par tant de réussite. Mieux, en enrôlant à nos côtés les troupes panafricaines, c'est tout un continent qu'on entreprend de remettre sur pieds et de réorganiser... Le Monde n'a qu'à bien se tenir et en prendre de la graine !

Serait-ce si simple et si propre de faire la guerre « contre les terroristes » (qui sont-ils d'ailleurs exactement, puisque le chef de l'Etat a renoncé à les désigner clairement) ? Ou bien y a-t-il quelque chose qui nous aurait échappé dans cette épopée surprenante, commencée à la fumée des lampions fêtant la nouvelle année, et terminée sous les vivats ensoleillés d'une foule en liesse, le premier week-end de février ?

C'est à peine si l'on s'aperçut de la mésaventure en Somalie qui coûta la vie à deux soldats et à l'otage qu'ils venaient libérer (en plus d'une poignée de civils). A peine si l'on a compris ce qui s'était passé dans cette usine à gaz algérienne où l'on a vaguement entendu la rumeur d'un carnage, sans plus...

Tout ça est-il sérieux ou n'est-ce que du vent ? On veut pencher évidemment pour la première option, même si l'on ne peut s'empêcher de penser à un cerisier dont on éparpille les moineaux avec un pétard. Quelles seront les suites de cette opération surréaliste ? C'est bien là la question...

04 février 2013

Clivages

On se demande parfois ce qui pousse les politiciens, paraît-il bien intentionnés, à pondre au nom de grands principespublicains et sous l'étendard emblématique de la démocratie, tant de lois inutiles, ou tout simplement stupides.

La bouffonnerie du prétendu « mariage pour tous » est un exemple édifiant de ces piteux erstaz de justice sociale.

Tandis que le pays semble s'engager irréversiblement dans une crise économique et sociale de plus en plus profonde, le gouvernement prend le risque de le diviser gravement pour le seul plaisir d'imposer des réformettes insanes, faites au nom d'un égalitarisme des plus niaiseux.


On sait trop bien que la Gauche, si prompte à s'enorgueillir de toutes les vertus, notamment la solidarité, et si pieusement attachée au rassemblement, a toujours prospéré sur les divisions, qu'elle attise comme pour mieux régner.
La lutte des classes fut son concept fondateur, forgé dans le feu infernal des révolutions. Mais si le vieux leitmotiv marxiste est aujourd'hui en perdition à force d'avoir couvert tant d'agissements barbares, ses avatars à peine moins nauséabonds, se déclinent insidieusement à tous les étages de la société, comme pour en gommer les repères les plus établis, et en miner opiniâtrement les fondations.

Se payant de mots dont ils pervertissent à dessein les vraies significations, les socialistes ont tour à tour opposé en faisant mine de les défendre, les pauvres aux riches, les prolétaires aux bourgeois, les progressistes aux réactionnaires, les exploités aux exploiteurs, les xénophiles aux xénophobes, les émancipés aux aliénés, les antiracistes aux racistes, les immigrés aux gens de souche, le Service Public au secteur privé, les désintéressés fonctionnaires aux obsédés du profit...

Il n'est en somme guère étonnant de les voir orchestrer aujourd'hui avec autant de zèle la confrontation grotesque mettant face à face les gay friendly et les homophobes.

Ce conflit là tient certes davantage du carnaval que de la guerre sociale, mais il induit un nouveau clivage dans l'opinion publique. François Hollande qui accusait son prédécesseur d'avoir un comportement « clivant » est bien pire en somme que lui. On cherche à quelle nécessité répond un montage légal aussi oiseux, aussi scabreux alors que tant de sujets plus graves appellent d'autres solutions que les cataplasmes démagogiques auxquels on a droit.

Faut-il se lever pour défendre le mariage, qu'on achève ainsi de vider définitivement de sa substance, alors qu'il avait déjà perdu beaucoup de son sens ? Pas nécessairement si l'on a, chevillé au corps, l'amour de la liberté. Il n'est pas besoin en effet, de signer pour se lier, et quitte à être jugé, on peut préférer que cela soit sur des actes plutôt que sur des engagements...
Cela n'empêche d'être
peiné de voir, pour de sombres desseins idéologiques, dévoyer et même ridiculiser une institution à laquelle d'autres croient sincèrement et qui formait un pilier éprouvé de la société humaine. Et ce d'autant plus qu'il suffisait de peaufiner le fameux PACS, chef d'oeuvre du gouvernement Jospin, pour être consensuel. Ce dispositif a l'avantage d'être positionné clairement dans le champ laïc, de ne laisser planer aucune ambiguïté au sujet de la filiation des enfants rattachés au couple qu'il définit, et de dissocier les droits civiques des grandes problématiques éthiques posées par les progrès techniques. C'était trop simple sans doute...

Le mystère est qu'on évoque si peu le sort des gens qui avaient contracté sous ce régime, promis de fait à l'abandon, et qui voient par la même s'envoler tout espoir d'acquisition de nouveaux droits.

Il est certain, en dépit de vagues dénégations, qu'avec le barbouillage législatif en cours, on ouvre,  derrière un vague paravent de conformisme, la porte à toutes les dérives, à tous les bricolages, et aux tarabiscotages les plus saugrenus. Et comme souvent, ce sont les plus virulents des donneurs de leçons qu'on voit en tête de la cohorte des réformistes pense-petit. Ceux-là même qui au nom de l'écologie, se font les gardiens intransigeants du respect de la nature et des traditions...