11 février 2018

No Limit

A l’imagination, rien n’est impossible. Faire vrombir un hot rod flamboyant dans l’espace était le pur fantasme du groupe de rock ‘n roll texan ZZ Top. Son panache incandescent devint l'emblème du groupe et illustra nombre de pochettes de leurs disques. Il ne s'agissait que de science fiction de bande dessinée en somme...
Mais aujourd’hui l’ébouriffant Elon Musk l’a fait pour de vrai ! Il a envoyé là haut un exemplaire rutilant de son roadster, arrimé au bout de sa fusée, l’a propulsé en orbite autour de la Terre où il fit quelques tours, avant d’entreprendre un voyage sans retour à travers le système solaire. Au volant, Starman, un mannequin en scaphandre, nonchalamment accoudé à la portière comme s’il était en balade.
Lubie de milliardaire, aussi clinquante qu’inutile, ou bien démonstration de savoir faire d’un entrepreneur sans limite ?
Les images de ce cabriolet rouge sur fond de planète bleue ont fait le tour du monde si l’on peut dire, et le fait est qu’il y eut somme toute peu de grincheux pour trouver à redire à l’exploit. Dans le même temps, on vit avec stupéfaction deux des fusées porteuses de l’engin revenir en douceur se poser
, l'une à côté de l'autre, droites comme des points d'exclamation, avec une précision impressionnante.

Les Etats-Unis sont bien le seul pays où une entreprise privée peut tutoyer les étoiles et se livrer avec humour à de tels challenges ! Pour cet essai technique, Elon Musk aurait pu en effet lester son cargo spatial avec du béton et de la ferraille, mais il a préféré sacrifier l'une de ses autos. Nettement plus amusant, et belle publicité sans nul doute...

Le parcours d’Elon Musk prouve s’il le fallait, que tout est possible outre-atlantique pour celui qui fait preuve d’audace et de détermination, même si ses projets peuvent paraître fous aux caciques confinés dans l'inertie bureaucratique.
Né en Afrique du Sud il y a 46 ans, de parents ordinaires, séparés alors qu’il n’avait pas encore 10 ans, il n’avait a priori aucun avantage pour accomplir ce qu’il a fait. Émigré au Canada puis aux Etats-Unis, il a créé une bonne demi-douzaine d’entreprises, à la pointe du progrès technique et de l’innovation écologique. Ses voitures électriques sont les plus performantes au monde et en matière d'astronautique, il est devenu le fournisseur attitré de la NASA. Il vient de montrer qu'il était en mesure de construire les fusées les plus évoluées qui soient. Il est avec Steve Jobs et d’autres, l’incarnation du self made man et la preuve qu’aux States l’ascenseur social n’est pas un vain mot.
Il est richissime. Sa fortune est évaluée à 20,8 milliards de dollars. Dire qu'il ne travaille pas pour l'argent serait sans doute excessif mais il est évident que d'autres ambitions le motivent. Pour autant, il a besoin d'argent, ses entreprises ont besoin d'argent et de capitaux. Longtemps il s'est "levé de bonne heure", comme dirait l'autre, pour aller quérir ces indispensables ressources financières. Il est peu probable qu'il soit enclin à se les faire massivement confisquer par l'Etat au nom d'une redistribution prétendue équitable du fruit de ses efforts. Il sait très bien le faire lui-même. Il n’y a que des vieux ronchons aigris et revanchards comme Jean-Luc Melenchon et ses épigones pour penser qu’une telle richesse soit nuisible…



There's a starman waiting in the sky
He'd like to come and meet us
But he thinks he'd blow our minds
There's a starman waiting in the sky…

(David Bowie)

Aucun commentaire: