03 février 2018

Quand les affaires dérapent

A défaut d’avoir toujours pu être résolue et classée, dans l’actualité une affaire chasse l’autre.
Les projecteurs médiatiques se détournent vite des faits, même s’ils sont horrifiques. Mais pour peu qu’il y ait quelque rebondissement, l’attention renaît. Le Moloch de l’opinion publique exige du neuf.

Parfois ce qu’on croyait oublié revient au premier plan.
Il en est ainsi de l’affaire dite Alexia, du nom d’une charmante jeune femme retrouvée étranglée à deux pas de chez elle, à l’orée du bois le long duquel elle avait l’habitude d’effectuer son jogging matinal. On découvre avec stupeur trois mois après la découverte de son corps que le meurtrier n’est autre que son mari Jonathann. Ce jeune homme bien sous tout rapport, présenté comme doux et timide, jouait depuis trois mois le rôle de veuf inconsolable, soutenu par ses beaux parents et une foule d’amis et de sympathisants. Il s’était épanché devant les caméras le visage baigné de larmes et avait participé à nombre de manifestations publiques et notamment à la marche blanche en mémoire de sa femme.
Ce coup de théâtre ne fait que rappeler le caractère illusoire des apparences et la versatilité du sens qu’on donne aux évènements. Il en est ainsi de ces cérémonies populaires suivant la survenue d’un drame. Pour émouvantes qu’elles soient, elles sont sans lendemain et la sincérité qu’on croit lire sur les visages n’est parfois qu’un faux semblant. On se souvient de Patrick Henry, qui pour des raisons crapuleuses avait enlevé et tué un enfant de 7 ans, manifestant avec une foule éplorée, allant jusqu’à réclamer la peine capitale pour l’assassin…
Aujourd’hui c’est Jonathann Daval qui prend le rôle de monstre, capable de verser des larmes de crocodile sur le sort de son épouse qu’il a lui-même étranglée.
Du coup, tout dérape. Tout devient incertain. Un homme s’est étrangement suicidé à côté de la scène de crime, serait-il lié à l’affaire ?
Les avocats sont désemparés. Acculés par la pression médiatique, ils en disent trop, puis reviennent sur leurs propos, hésitent et perdent totalement pédale. Le gouvernement, par la voix de la ministre de l’égalité des droits et des femmes, l'ébouriffante Marlène Schiappa, croit bon de s'immiscer dans cet imbroglio qu’elle n’hésite pas à qualifier de “féminicide”, lui donnant un tour idéologique. Seule madame le procureur garde son sang-froid, évitant sans doute d’autres dérives interprétatives.

A peu près au même moment, l’affaire du “petit Théo” qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois ressurgit, à l’occasion de la publication d’une vidéo par Europe1. On croyait la cause entendue. La “victime” selon son propre témoignage, avait été l’objet de violences policières inqualifiables lors de son interpellation, qu’on ne pouvait attribuer qu’à la perversion et au racisme des forces de l’ordre. De notoriété publique, Théo avait été intentionnellement sodomisé par une matraque téléscopique, après qu'on lui eut baissé son pantalon. L’histoire était suffisamment convaincante pour que le Président de la République en personne, François Hollande, se fasse un devoir d’aller le visiter à l’hôpital en évoquant un garçon “connu pour son comportement exemplaire”, dont le souhait était de “vivre en paix et en confiance” avec la police.
Peu de temps après on apprenait qu’il était sous le coup, avec au moins un de ses frères, d’une enquête préliminaire pour détournement massif d’aides sociales. Puis, plus rien. Connaîtra-t-on un jour le dénouement de cette seconde histoire, rien n’est moins sûr...
En tout cas la vidéo récemment diffusée montre à l’évidence que la version donnée par Théo de son interpellation était mensongère. Elle fut certes violente mais causée par son refus mouvementé de s’y soumettre. Les échanges de coups qui s’ensuivirent ne révèlent en tout état de cause ni motivation raciste, ni agression sexuelle caractérisée.
Il s’agit donc encore une fois de dérapages multiples dans le cours d’une affaire fortement médiatisée, avant qu’elle soit jugée, mettant en cause la neutralité de représentants de l’Etat au plus haut niveau.
Que reste-t-il dans ces conditions de la sérénité et de l’indépendance de la justice, de plus en plus souvent bafouées, perturbées, souillées pourrait-on dire, par des considérations fondées, non pas sur l’objectivité et la connaissance des faits, mais sur l’idéologie ou la démagogie ?
La France peut bien faire la leçon à d’autres pays, elle fait figure de nation sous développée en la matière. Le triste état des prisons, souligné par la révolte récente des gardiens, est un reflet non moins accablant de cette incurie.

L’affaire mettant en cause M. Darmanin est elle aussi révélatrice. Certes, il apparaît très peu probable que le ministre du budget se soit livré aux violences sexuelles dont on l’accuse, mais dans un pays anglo-saxon, sa démission aurait été certaine, au moins jusqu’à ce qu’on sache précisément de quoi il retourne.
Chez nous il reste “droit dans ses bottes” et reçoit même le soutien unanime du gouvernement, ministre de la justice en tête. Tous avaient pourtant juré que dans le Nouveau Monde qu’ils incarnent, il n’y aurait plus aucune faiblesse ni indulgence…

Etonnante époque où la justice s’égare, et où la permissivité la plus débridée cotoie un puritanisme des plus rigides, qui s’étend comme une tache d’huile. Ce dernier est en train de tourner au délire obsessionnel.  Le sexisme est devenu le motif d'une véritable chasse aux sorcières. On supprime un acteur de la distribution d’un film presque achevé et d’une série à succès, on songe à effacer le nom d’un réalisateur réputé du générique de son propre film. On change la fin de l’opéra Carmen, au motif qu’une femme y meurt assassinée, un musée décroche des toiles parce qu’elle représentent des femmes nues...
C’est le règne de tous les excès ou en fin de compte, plus rien n’a d’importance, et plus grand chose n'a de sens...

Aucun commentaire: