16 avril 2018

Zigs de ZAD

Les affrontements opposant les forces de gendarmerie aux auto-proclamés Zadistes, sur le désormais fameux site de Notre Dame des Landes, donnent une bien piètre idée de notre République.
De ce que le jargon bureaucratique nommait “Zone d’Aménagement Différé”, ils ont fait une “zone à défendre”, et c’est une vraie armée qu’il faut mobiliser pour la rendre à qui de droit.
Il est en effet consternant d’observer qu’il faille 2500 gendarmes pour déloger 250 énergumènes enragés accrochés à leurs ghettos insalubres, aux allures de campements crépusculaires post-apocalyptiques, bâtis en toute illégalité sur des terres appartenant à l’Etat. Ces zigs prétendent proposer, sans souci des réglementations et rétifs à toute régulation, "leurs" alternatives innovantes au modèle capitaliste. A voir les prémisses miteuses de cet autre monde, il y a quoi être inquiet...

Après un demi-siècle de tergiversations, de plans foireux, de pseudo consultations populaires, et surtout de reculades et de lâcheté de tous les gouvernements qui se sont succédé, le projet de construction d’aéroport contre lequel s’était formée cette rébellion a été définitivement enterré. Le Président de la République, qui hérita de cet abcès de fixation, eut beau rappeler ce dimanche, que ces friches anarchistes n’avaient donc plus aucune raison d’être, les manifestants continuent envers et contre tout leurs actions.

Le plus grave en la circonstance est qu’ils manifestent leur “insoumission” avec une violence quasi insoutenable si tant est qu’on soit encore dans un état de droit. Plus de 60 gendarmes ont été blessés durant la semaine écoulée, passée à tenter de déloger cette faune arrogante, qui promet de revenir dès que les représentants de la force publique auront tourné les talons.
Pour tout citoyen responsable et respectueux des lois, cette chienlit est intolérable et de vraies sanctions devraient être désormais appliquées avec détermination. On apprenait que le lundi, premier jour de l’opération, sept personnes avaient été interpellées, avant d’être relâchées dès le lendemain... Tout cela coûte fort cher et contribue chaque jour à discréditer un peu plus le modèle de société ouverte déjà passablement abîmé.

On finit en effet par s’habituer au triste spectacle de ces hordes, agissant en petits groupes, armés, cagoulés, encapuchonnés, qui se plaisent à installer le désordre, à casser le bien public et à soumettre à leurs lubies dévastatrices la majorité silencieuse, sous le regard impuissant des forces de l‘ordre.
Si  l'on ne voit guère la convergence des luttes que l’exécrable parti de M. Mélenchon appelle désespérément de ses vœux, la multiplication de ces micro foyers d’insurrection mine le moral et contribue à enkyster la morosité dans notre pays.
Et vu l’acharnement des Zadistes à poursuivre de plus belle leur lutte malgré le retrait du projet initial, qu’ils ont fini par obtenir, on peut se demander s’il n'eût pas été souhaitable de respecter les avis des experts et le verdict du référendum, et de le construire ce foutu aéroport….

Aucun commentaire: